STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

Cession - acquisition d'entreprises

Cession-entreprise est un site Internet spécialisé dans la reprise de PME-PMI.
Il présente plusieurs centaines d´entreprises à reprendre, classées par secteur et propose des services pour aider cédants et repreneurs dans leurs recherches.
Le site propose également une rubrique d´information professionnelle alimenté au quotidien par des journalistes spécialisés (interviews, enquêtes, témoignages et conseils d´experts)

Travaux de maçonnerie et divers

Secteur : ConstructionRégion : Ile-de-France
CA : 700 000 €Référence : 13110
En savoir plus

Constructeur de maisons individuelles[...]

Secteur : ConstructionRégion : Provence Alpes Côte-d'Azur Corse
CA : 2 400 000 €Référence : 13109
En savoir plus

fabrication de menuiseries PVC

Secteur : Industries diversesRégion : Centre
CA : > 3 M€Référence : 13106
En savoir plus

E-commerce de Vêtements de femme

Secteur : Vente aux particuliersRégion : Ile-de-France
CA : 1 000 000 €Référence : 13105
En savoir plus

Simplifier et sécuriser les pactes Dutreil

Par Cyril ANDRÉ Publié le 19/01/2018

Comme d’autres organisations patronales, le Medef profite du lancement du Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) pour dévoiler ses propres propositions  qui doivent « permettre de porter ces transformations au travers de leviers concrets d’action ». Le Medef a donc rédigé 120 propositions organisées autour de 6 thèmes de réflexion dont le premier est « Création, croissance, transmission et rebond ».

 

Concernant la reprise d’entreprise, le Medef a fait 10 propositions. L’une d’elles a pour objet de mieux identifier les places de marché de la cession-reprise et d’interconnecter les acteurs. Il s’agit de faciliter l’expression de l’offre de la part des cédants et, dès lors, de la rendre plus facilement identifiable pour les repreneurs. L’une des raisons du manque de fluidité de ce marché de la transmission-reprise étant que les cédants hésitent souvent à exposer publiquement leur souhait de vente.

Une des autres propositions du Medef consiste à « faciliter la détermination des prix de cession ». Selon l’organisation patronale, beaucoup de cédants manquent de connaissances et d’informations sur les mécanismes de détermination des prix de cession. La proposition est de faciliter le recours aux conseils et diffuser une information sur des référentiels et des éléments d’informations objectifs ce qui devrait permettre de lever une partie de ces difficultés.

Reprenant un constat partagé par l’ensemble des professionnels gravitant autour de la transmission d’entreprise, les dirigeants de PME n’anticipent pas suffisamment la vente de leur entreprise. Le Medef propose donc d’inciter à l’anticipation de la cession-transmission. L’un des moyens proposés est de relancer la campagne de sensibilisation des pouvoirs publics  en renforçant ses moyens, et développant encore ses relais et en retravaillant le message afin qu’il corresponde mieux aux attentes et à la sensibilité des dirigeants.

Accompagner les cédants dans leur changement de vie

Même si la fiscalité de la transmission d’entreprise en France est généralement jugée comme favorable, certains points peuvent bien sûr être améliorés. Il en va ainsi du pacte Dutreil qui permet, sous certaines conditions, un abattement de 75 % de la base taxable aux droits de mutation à titre gratuit. Il s’agit, selon le Medef, d’un outil très efficace, mais qui demeure complexe dans son fonctionnement. Il faudrait donc simplifier et sécuriser le fonctionnement des pactes Dutreil notamment en permettant la circulation des titres entre membres du pacte sans remise en cause de l’avantage fiscal et d’alléger les obligations déclaratives.

Le Medef n’oublie pas l’aspect financier pour le repreneur. Il suggère ainsi «  de démythifier l’entrée d’investisseurs au capital pour renforcer les fonds propres, à côté de ce que peut faire le repreneur ». Ceci passe avant tout par de l’information. Il faudrait donc améliorer la connaissance qu’ont les entreprises des intervenants en fonds propres.

« Accompagner les cédants dans leur changement de vie et de statut en facilitant des transitions lissées » : voici la proposition 11 du Medef. Il convient donc de mieux prendre en compte les enjeux humains de ces opérations. Pour le syndicat professionnel, une piste de travail serait de permettre au cédant de rester actif au sein de l’entreprise en tant que mentor de son repreneur sans perte de l’avantage fiscal applicable en cas de cession pour départ à la retraite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme d’autres organisations patronales, le Medef profite du lancement du Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) pour dévoiler ses propres propositions  qui doivent « permettre de porter ces transformations au travers de leviers concrets d’action ». Le Medef a donc rédigé 120 propositions organisées autour de 6 thèmes de réflexion dont le premier est « Création, croissance, transmission et rebond ».

 

Concernant la reprise d’entreprise, le Medef a fait 10 propositions. L’une d’elles a pour objet de mieux identifier les places de marché de la cession-reprise et d’interconnecter les acteurs. Il s’agit de faciliter l’expression de l’offre de la part des cédants et, dès lors, de la rendre plus facilement identifiable pour les repreneurs. L’une des raisons du manque de fluidité de ce marché de la transmission-reprise étant que les cédants hésitent souvent à exposer publiquement leur souhait de vente.

Une des autres propositions du Medef consiste à « faciliter la détermination des prix de cession ». Selon l’organisation patronale, beaucoup de cédants manquent de connaissances et d’informations sur les mécanismes de détermination des prix de cession. La proposition est de faciliter le recours aux conseils et diffuser une information sur des référentiels et des éléments d’informations objectifs ce qui devrait permettre de lever une partie de ces difficultés.

Reprenant un constat partagé par l’ensemble des professionnels gravitant autour de la transmission d’entreprise, les dirigeants de PME n’anticipent pas suffisamment la vente de leur entreprise. Le Medef propose donc d’inciter à l’anticipation de la cession-transmission. L’un des moyens proposés est de relancer la campagne de sensibilisation des pouvoirs publics  en renforçant ses moyens, et développant encore ses relais et en retravaillant le message afin qu’il corresponde mieux aux attentes et à la sensibilité des dirigeants.

Accompagner les cédants dans leur changement de vie

Même si la fiscalité de la transmission d’entreprise en France est généralement jugée comme favorable, certains points peuvent bien sûr être améliorés. Il en va ainsi du pacte Dutreil qui permet, sous certaines conditions, un abattement de 75 % de la base taxable aux droits de mutation à titre gratuit. Il s’agit, selon le Medef, d’un outil très efficace, mais qui demeure complexe dans son fonctionnement. Il faudrait donc simplifier et sécuriser le fonctionnement des pactes Dutreil notamment en permettant la circulation des titres entre membres du pacte sans remise en cause de l’avantage fiscal et d’alléger les obligations déclaratives.

Le Medef n’oublie pas l’aspect financier pour le repreneur. Il suggère ainsi «  de démythifier l’entrée d’investisseurs au capital pour renforcer les fonds propres, à côté de ce que peut faire le repreneur ». Ceci passe avant tout par de l’information. Il faudrait donc améliorer la connaissance qu’ont les entreprises des intervenants en fonds propres.

« Accompagner les cédants dans leur changement de vie et de statut en facilitant des transitions lissées » : voici la proposition 11 du Medef. Il convient donc de mieux prendre en compte les enjeux humains de ces opérations. Pour le syndicat professionnel, une piste de travail serait de permettre au cédant de rester actif au sein de l’entreprise en tant que mentor de son repreneur sans perte de l’avantage fiscal applicable en cas de cession pour départ à la retraite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme d’autres organisations patronales, le Medef profite du lancement du Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) pour dévoiler ses propres propositions  qui doivent « permettre de porter ces transformations au travers de leviers concrets d’action ». Le Medef a donc rédigé 120 propositions organisées autour de 6 thèmes de réflexion dont le premier est « Création, croissance, transmission et rebond ».

 

Concernant la reprise d’entreprise, le Medef a fait 10 propositions. L’une d’elles a pour objet de mieux identifier les places de marché de la cession-reprise et d’interconnecter les acteurs. Il s’agit de faciliter l’expression de l’offre de la part des cédants et, dès lors, de la rendre plus facilement identifiable pour les repreneurs. L’une des raisons du manque de fluidité de ce marché de la transmission-reprise étant que les cédants hésitent souvent à exposer publiquement leur souhait de vente.

Une des autres propositions du Medef consiste à « faciliter la détermination des prix de cession ». Selon l’organisation patronale, beaucoup de cédants manquent de connaissances et d’informations sur les mécanismes de détermination des prix de cession. La proposition est de faciliter le recours aux conseils et diffuser une information sur des référentiels et des éléments d’informations objectifs ce qui devrait permettre de lever une partie de ces difficultés.

Reprenant un constat partagé par l’ensemble des professionnels gravitant autour de la transmission d’entreprise, les dirigeants de PME n’anticipent pas suffisamment la vente de leur entreprise. Le Medef propose donc d’inciter à l’anticipation de la cession-transmission. L’un des moyens proposés est de relancer la campagne de sensibilisation des pouvoirs publics  en renforçant ses moyens, et développant encore ses relais et en retravaillant le message afin qu’il corresponde mieux aux attentes et à la sensibilité des dirigeants.

Accompagner les cédants dans leur changement de vie

Même si la fiscalité de la transmission d’entreprise en France est généralement jugée comme favorable, certains points peuvent bien sûr être améliorés. Il en va ainsi du pacte Dutreil qui permet, sous certaines conditions, un abattement de 75 % de la base taxable aux droits de mutation à titre gratuit. Il s’agit, selon le Medef, d’un outil très efficace, mais qui demeure complexe dans son fonctionnement. Il faudrait donc simplifier et sécuriser le fonctionnement des pactes Dutreil notamment en permettant la circulation des titres entre membres du pacte sans remise en cause de l’avantage fiscal et d’alléger les obligations déclaratives.

Le Medef n’oublie pas l’aspect financier pour le repreneur. Il suggère ainsi «  de démythifier l’entrée d’investisseurs au capital pour renforcer les fonds propres, à côté de ce que peut faire le repreneur ». Ceci passe avant tout par de l’information. Il faudrait donc améliorer la connaissance qu’ont les entreprises des intervenants en fonds propres.

« Accompagner les cédants dans leur changement de vie et de statut en facilitant des transitions lissées » : voici la proposition 11 du Medef. Il convient donc de mieux prendre en compte les enjeux humains de ces opérations. Pour le syndicat professionnel, une piste de travail serait de permettre au cédant de rester actif au sein de l’entreprise en tant que mentor de son repreneur sans perte de l’avantage fiscal applicable en cas de cession pour départ à la retraite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme d’autres organisations patronales, le Medef profite du lancement du Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) pour dévoiler ses propres propositions  qui doivent « permettre de porter ces transformations au travers de leviers concrets d’action ». Le Medef a donc rédigé 120 propositions organisées autour de 6 thèmes de réflexion dont le premier est « Création, croissance, transmission et rebond ».

 

Concernant la reprise d’entreprise, le Medef a fait 10 propositions. L’une d’elles a pour objet de mieux identifier les places de marché de la cession-reprise et d’interconnecter les acteurs. Il s’agit de faciliter l’expression de l’offre de la part des cédants et, dès lors, de la rendre plus facilement identifiable pour les repreneurs. L’une des raisons du manque de fluidité de ce marché de la transmission-reprise étant que les cédants hésitent souvent à exposer publiquement leur souhait de vente.

Une des autres propositions du Medef consiste à « faciliter la détermination des prix de cession ». Selon l’organisation patronale, beaucoup de cédants manquent de connaissances et d’informations sur les mécanismes de détermination des prix de cession. La proposition est de faciliter le recours aux conseils et diffuser une information sur des référentiels et des éléments d’informations objectifs ce qui devrait permettre de lever une partie de ces difficultés.

Reprenant un constat partagé par l’ensemble des professionnels gravitant autour de la transmission d’entreprise, les dirigeants de PME n’anticipent pas suffisamment la vente de leur entreprise. Le Medef propose donc d’inciter à l’anticipation de la cession-transmission. L’un des moyens proposés est de relancer la campagne de sensibilisation des pouvoirs publics  en renforçant ses moyens, et développant encore ses relais et en retravaillant le message afin qu’il corresponde mieux aux attentes et à la sensibilité des dirigeants.

Accompagner les cédants dans leur changement de vie

Même si la fiscalité de la transmission d’entreprise en France est généralement jugée comme favorable, certains points peuvent bien sûr être améliorés. Il en va ainsi du pacte Dutreil qui permet, sous certaines conditions, un abattement de 75 % de la base taxable aux droits de mutation à titre gratuit. Il s’agit, selon le Medef, d’un outil très efficace, mais qui demeure complexe dans son fonctionnement. Il faudrait donc simplifier et sécuriser le fonctionnement des pactes Dutreil notamment en permettant la circulation des titres entre membres du pacte sans remise en cause de l’avantage fiscal et d’alléger les obligations déclaratives.

Le Medef n’oublie pas l’aspect financier pour le repreneur. Il suggère ainsi «  de démythifier l’entrée d’investisseurs au capital pour renforcer les fonds propres, à côté de ce que peut faire le repreneur ». Ceci passe avant tout par de l’information. Il faudrait donc améliorer la connaissance qu’ont les entreprises des intervenants en fonds propres.

« Accompagner les cédants dans leur changement de vie et de statut en facilitant des transitions lissées » : voici la proposition 11 du Medef. Il convient donc de mieux prendre en compte les enjeux humains de ces opérations. Pour le syndicat professionnel, une piste de travail serait de permettre au cédant de rester actif au sein de l’entreprise en tant que mentor de son repreneur sans perte de l’avantage fiscal applicable en cas de cession pour départ à la retraite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme d’autres organisations patronales, le Medef profite du lancement du Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) pour dévoiler ses propres propositions  qui doivent « permettre de porter ces transformations au travers de leviers concrets d’action ». Le Medef a donc rédigé 120 propositions organisées autour de 6 thèmes de réflexion dont le premier est « Création, croissance, transmission et rebond ».

 

Concernant la reprise d’entreprise, le Medef a fait 10 propositions. L’une d’elles a pour objet de mieux identifier les places de marché de la cession-reprise et d’interconnecter les acteurs. Il s’agit de faciliter l’expression de l’offre de la part des cédants et, dès lors, de la rendre plus facilement identifiable pour les repreneurs. L’une des raisons du manque de fluidité de ce marché de la transmission-reprise étant que les cédants hésitent souvent à exposer publiquement leur souhait de vente.

Une des autres propositions du Medef consiste à « faciliter la détermination des prix de cession ». Selon l’organisation patronale, beaucoup de cédants manquent de connaissances et d’informations sur les mécanismes de détermination des prix de cession. La proposition est de faciliter le recours aux conseils et diffuser une information sur des référentiels et des éléments d’informations objectifs ce qui devrait permettre de lever une partie de ces difficultés.

Reprenant un constat partagé par l’ensemble des professionnels gravitant autour de la transmission d’entreprise, les dirigeants de PME n’anticipent pas suffisamment la vente de leur entreprise. Le Medef propose donc d’inciter à l’anticipation de la cession-transmission. L’un des moyens proposés est de relancer la campagne de sensibilisation des pouvoirs publics  en renforçant ses moyens, et développant encore ses relais et en retravaillant le message afin qu’il corresponde mieux aux attentes et à la sensibilité des dirigeants.

Accompagner les cédants dans leur changement de vie

Même si la fiscalité de la transmission d’entreprise en France est généralement jugée comme favorable, certains points peuvent bien sûr être améliorés. Il en va ainsi du pacte Dutreil qui permet, sous certaines conditions, un abattement de 75 % de la base taxable aux droits de mutation à titre gratuit. Il s’agit, selon le Medef, d’un outil très efficace, mais qui demeure complexe dans son fonctionnement. Il faudrait donc simplifier et sécuriser le fonctionnement des pactes Dutreil notamment en permettant la circulation des titres entre membres du pacte sans remise en cause de l’avantage fiscal et d’alléger les obligations déclaratives.

Le Medef n’oublie pas l’aspect financier pour le repreneur. Il suggère ainsi «  de démythifier l’entrée d’investisseurs au capital pour renforcer les fonds propres, à côté de ce que peut faire le repreneur ». Ceci passe avant tout par de l’information. Il faudrait donc améliorer la connaissance qu’ont les entreprises des intervenants en fonds propres.

« Accompagner les cédants dans leur changement de vie et de statut en facilitant des transitions lissées » : voici la proposition 11 du Medef. Il convient donc de mieux prendre en compte les enjeux humains de ces opérations. Pour le syndicat professionnel, une piste de travail serait de permettre au cédant de rester actif au sein de l’entreprise en tant que mentor de son repreneur sans perte de l’avantage fiscal applicable en cas de cession pour départ à la retraite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En savoir plus
HERE SDE PARIS 2018

L'agenda de la transmission

salon-des-entrepreneurs-paris-2018 Salon des Entrepreneurs PARIS 2018
07 et 08 février 2018