Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

Cession - acquisition d'entreprises

Cession-entreprise est un site Internet spécialisé dans la reprise de PME-PMI.
Il présente plusieurs centaines d´entreprises à reprendre, classées par secteur et propose des services pour aider cédants et repreneurs dans leurs recherches.
Le site propose également une rubrique d´information professionnelle alimenté au quotidien par des journalistes spécialisés (interviews, enquêtes, témoignages et conseils d´experts)

Construction de piscine

Secteur : Second oeuvreRégion : Alsace Lorraine Champagne-Ardennes
CA : 1,4 M€Référence : 12965
En savoir plus

Vente d'aliments pour animaux

Secteur : Industrie et négoce alimentaireRégion : Ile-de-France
CA : 1 400 000 €Référence : 12964
En savoir plus

TP et VRD

Secteur : ConstructionRégion : Bourgogne Franche-Comté
CA : 1 100 000 €Référence : 12963
En savoir plus

Marbrerie et Pompes funèbres

Secteur : Services diversRégion : Bourgogne Franche-Comté
CA : 1 100 000 €Référence : 12962
En savoir plus

L’édito : Quelques ratios à connaître…

Par Cyril ANDRÉ Publié le 01/07/2016

De même que tout acteur en compétition rêverait d’assister aux délibérations du jury du Festival de Canne, quel repreneur n’a pas souhaité être présent au comité de crédit de sa banque. Si cela s’avère évidemment impossible, les porteurs de projets en quête d’un prêt bancaire devraient être toutefois heureux de connaître les véritables critères sur lesquels s’appuient les banquiers pour accepter ou refuser un prêt.

Qui les connaît très précisément ? Pas grand-monde, mis à part quelques professionnels éclairés ;   cela est pourtant fort utile pour construire un dossier solide. Jean-Marc Tariant fait partie de ces derniers. Fondateur du cabinet Finance & Stratégie, spécialisé dans l’ingénierie financière, il livre les 4 ratios financiers essentiels sur lesquels s’appuient les banquiers pour statuer. Mais, avant tout, il souligne que les premiers critères pris en compte par la banque sont humain et contextuel « à savoir, la qualité du dirigeant, la cohérence de son parcours par rapport à son projet et le marché sur lequel il évolue ». Ces vérités intangibles énoncées, quels sont ces fameux 4 ratios financiers ?

En premier lieu, le ratio d’autonomie financière. Il s’agit du ratio fonds propre / total du bilan. Il doit être compris entre 25 et 35 %. « Si ce ratio est inférieur à 25 %, cela signifie que l’entreprise dépend des tiers de manière excessive pour financer son activité (prêt bancaire, crédits fournisseurs, acomptes clients) », précise Jean-Marc Tariant. Second ratio : la capacité de remboursement de l’entreprise, soit le total des dettes bancaires moyen et long terme / capacité d’autofinancement. Il doit être inférieur à 4 « car au-delà de ce multiple, les banques constatent historiquement un taux de contentieux de plus en plus fort », poursuit-il.

Le troisième ratio concerne le partage des risques entre les banques et les actionnaires. Il se calcule ainsi : dettes bancaires moyennes et long terme / fonds propres et doit être idéalement inférieur à 1. « Si vous amenez 1 en capital ou compte courant d’associé bloqué, les banques accepteront facilement de vous prêter la même somme à moyen terme », reprend Jean-Marc Tariant ;

Enfin, dernier des 4 rations : trésorerie nette de l’entreprise / chiffre d’affaires annuel x 365. Ce ratio permet une analyse de la trésorerie de l’entreprise et de sa solvabilité. Un banquier ne va accepter de s’engager à moyen terme  que s’il est convaincu de la capacité durable d’une entreprise à fairé face à ses engagements. « Il est donc fondamental de conserver des marges de manœuvre de trésorerie », insiste Jean-Marc Tariant.

Connaissant désormais ces quelques éléments, et s’il en tient compte, le repreneur pourra présenter un dossier à son banquier solide et « professionnel ». Il évitera peut-être ainsi de se voir exiger une caution.

 

En savoir plus
HERE Lyon 2016