Comprendre les causes des défaillances de PME

8 novembre 2011

Isabelle Marie

""Les causes des défaillances des entreprises, et des PME en particulier, intéressent les repreneurs sur deux plans. D’une part, certains souhaitent reprendre une PME en difficulté. Il importe alors de connaître les mécanismes qui ont pu jouer dans la défaillance de la société. D’autre part, le repreneur devenu patron devra bien évidemment enrayer au plus vite l’éventuelle spirale qui mène au dépôt de bilan. Il devra donc connaître les causes afin de repérer les premiers signes. Dans le cadre de l’Observatoire des PME d’OSEO, l’étude « La Défaillance des entreprises en France entre 2000 et 2010 » a été réalisée par le laboratoire Economix (unité mixte du CNRS et de l’Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense) à partir d’analyses portant sur un échantillon de plus de 100 000 entreprises.

Les repreneurs doivent veiller à l’évolution de la profitabilité

« Cette étude confirme que la fragilité est d’autant plus importante que l’entreprise est jeune et de petite taille. L’appartenance à un groupe de sociétés tempère fortement les effets de ces deux marqueurs fondamentaux. Les baisses de chiffre d’affaires conduisent souvent l’entreprise au dépôt de bilan, surtout lorsqu’elles s’accompagnent d’un alourdissement de la dette commerciale », notent les auteurs de l’étude. En revanche, les entreprises absorbées sont plus souvent victime de dissolution sans passage devant le juge ainsi qu’à des réductions de périmètre.
L’étude rappelle que la baisse du chiffre d’affaires conduit fréquemment au dépôt de bilan, en particulier lorsqu’elle s’accompagne d’un alourdissement de la dette. Il s’agit du facteur clé de la vulnérabilité des entreprises.
Il apparaît, par ailleurs, que, de façon paradoxale, le poids des frais financier est assez faible dans les entreprises liquidées, ce qui peut démontrer une défiance des créanciers qui n’ont donc pas suivi l’entreprise dès ses premières difficultés.
Le dernier signal d’alarme qui doit alerter le repreneur devenu patron est l’étiolement des profits. Cette dégradation de la profitabilité résulte de différentes difficultés : pertes de parts de marché, alourdissement des frais financiers et augmentation du poids des créances client.