58 % des dirigeants d’entreprise familiale souhaitent transmettre à leurs enfants

19 octobre 2012

Isabelle Marie

Les entreprises familiales ont une vision clairement plus optimiste de l’avenir que l’ensemble des entreprises françaises, s’appuyant, il est vrai, sur des résultats solides. Il apparaît également qu’une majorité de dirigeants de ce type d’entreprise souhaitent transmettre à la génération future, en l’occurrence au sein de leur famille.

Selon la dernière étude de PricewaterhouseCoopers (PwC) et du Family Business Network (FBN), réalisée auprès de 270 dirigeants d’entreprise familiale, il apparaît que 58  % de ces derniers ont l’attention de transmettre dans un cadre familial et que 38 % ne le souhaite pas. Il est intéressant de constater que la proportion de réponses positives à cette dernière question correspond à peu près à celles faites quant à l’implication de la jeune génération des 25 – 30 ans dans l’entreprise. 53 % des dirigeants interrogés répondent par l’affirmative à cette dernière question alors que 12 % expliquent qu’il n’y a pas d’héritiers dans cette tranche d’âge au sein de la famille dirigeante.

Même si seulement un peu plus de la moitié des dirigeants constatent l’implication de la jeune génération dans leur entreprise, ils sont 73 % à affirmer qu’à terme cette jeune génération pourrait reprendre les rênes de l’entreprise familiale. 21 % répondent par la négative essentiellement car les jeunes des familles en questions ont d’autres aspirations.

Sur la question du mode de financement de la transmission, 62 % des dirigeants interrogés avouent ne pas y avoir songé. Parmi le gros des entrepreneurs qui a déjà réfléchi à cette problématique, 39 % pensent assurer la transmission par donation, 19 % par le biais d’un autofinancement, 18% par un financement bancaire, 15 % par un LBO et 7 % songent à vendre.