Question de Franck : Lors de l'évaluation, comment prendre en compte la dépendance à l'égard d'un seul client ?

Bonjour,
Comment est-il possible de tenir compte, dans l’évaluation d’une entreprise (en l’occurrence ici une petite entreprise de transport – 700 K€ de CA – 5 salariés), de la grande dépendance à l’égard d’un client. Cette entreprise réalise en effet 84 % de son CA avec un seul client. 
Par ailleurs, les relations ne sont pas contractualisées par écrit (situation courante dans ce secteur). Il y a bien le taux d’actualisation utilisé dans la méthode DCF notamment. On peut retenir un taux élevé (17 % vous paraît-il aberrant ?) pour tenir compte d’un risque élevé. 
Quoi qu’il en soit, même avec un taux d’actualisation de 17 %, l’entreprise peut voir 84 % de son CA disparaître du jour ou lendemain (ou presque, les délais de prévenance en la matière étant souvent estimés entre 3 et 12 mois par les juges). Autant dire que cela conduirait inexorablement au dépôt de bilan. Pour autant, l’entreprise est plutôt profitable (Ratio RNC/CA > 6% ce qui très correct notamment dans ce secteur d’activité) et le cédant met cette profitabilité en avant. Merci de me donner votre avis sur ce sujet. Bien cordialement.

Réponse à la question de Franck par Mme Carine GENDREAU

Bonjour

Il est très délicat de répondre à votre question car la reprise sera quoi qu'il en soit encore un peu plus riquée que d'habitude. La notion de risque est effectviement valorisée dans le taux d'actualisation que l'on choisi pour estimer la valeur de l'entreprise. Plus le taux sera élévé, moins l'entreprise aura une valeur mathématique forte. 
Les taux usuels vont de 12 à 20 % en général.
De même les méthodes du multiples (du résultat net, résultat d'exploitation, capacité d'autofinancement...) utiliseront des taux plus faibles, tels que 2 ou 3;
Une autre approche est de valoriser relativement bas la société en prix de base et de prévoir un ou plusieurs complément de prix si le client principal reste acquis à la société et/ou si certains critères de rentabilité sont atteints.

Bonne réflexion...