Un tiers des patrons de TPE jugent leur situation financière préoccupante

13 mars 2013

Isabelle Marie

C’est un euphémisme de dire que les patrons de TME aujourd’hui ont le moral dans les chaussettes et sont surtout dans l’expectative. Selon la 49ème édition du Baromètre des TPE, réalisé par Fiducial et l’Ifop, les patrons ont perdu toute confiance dans l’Exécutif. Ainsi, seulement 17 % des dirigeants de TPE affirment leur confiance dans le gouvernement Ayrault, soit un recul de 15 points par rapport à juillet dernier. Il s’agit du plus score depuis 2005.

85 % des petits patrons estiment que les réformes en cours ou annoncées ne répondent pas aux enjeux de l’économie. 88 % d’entre eux déplorent l’absence d’une direction déterminée s’agissant des entreprises et de l’industrie. Ils reprochent très majoritairement un manque de lisibilité de l’action gouvernementale.

Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de Fiducial, souligne : « l’incapacité du gouvernement à répondre aux attentes des patrons de TPE et à résoudre les mutations structurelles alimente une nouvelle crise : celle de la confiance. Le manque de confiance se mue en défiance. D’un côté, le gouvernement a besoin des TPE pour relancer l’économie française et embaucher, de l’autre, les entreprises désespèrent du gouvernement ».

Seulement 7% des patrons de TPE pensent recruter en 2013

Sur l’année 2012, seulement 14 % des dirigeants de TPE ont augmenté leurs effectifs quand 19 % les ont réduits. Les perspectives pour 2013 sont peu optimistes. Ainsi, 6 % des dirigeants interrogés envisagent de réduire le nombre d’employés contre 7 % qui comptent embaucher.

« L’indicateur trimestriel de situation financière se dégrade de 5 points pour atteindre un score historiquement bas (-25) et qui se rapproche des niveaux enregistrés lors de la crise de 2008-2009. Les dirigeants sont désormais 32 % à juger leur situation financière préoccupante », note le Baromètre.

Seuls 18 % des dirigeants de TPE demeurent optimistes quant à la situation générale de la France, soit le plus bas score enregistré depuis la création de ce baromètre en 2000. Plus alarmant encore, ils sont 32 % à juger leur situation financière préoccupante. Quant à un redémarrage de la croissance française, 71 % des patrons la jugent peu probable avant 2015.