Thierry Millon

24 avril 2012

Isabelle Marie

""Le prix moyen de cession des fonds de commerce a progressé de 6,8 % en 2011, selon le 2ème Baromètre BODACC – Altares. Comment expliquez-vous cette évolution ?

Le prix moyen des cessions de fonds de commerce s’est globalement maintenu en dépit de la crise. Nous avions dès 2010 retrouvé des niveaux de 2008. Les vendeurs ont préféré attendre un peu afin de retrouver les niveaux de cession d’avant crise. Sur 2011, l’évolution est favorable ; ce qui s’est concrétisé sur la deuxième partie de l’année. Certaines valeurs très fortes ont tiré à la hausse cette moyenne. Il s’agit des opérations menées par des PME de plus de 10 salariés qui ont acheté des fonds de commerce d’une valeur importante. Autre élément, le prix médian est très stable depuis 2008, et se situe autour de 90 000 euros, à comparer au prix moyen de cession qui est proche de 190 000 euros. Donc, sur cet exercice, nous constatons un retour d’opérations de croissance externe qui avaient disparu sur la période 2009 et 2010. Par ces opérations de croissance externe, les PME trouvent un moyen de renforcer leur activité et de l’étendre avec un investissement moindre et un retour d’activité plus rapide que par la création d’une branche nouvelle ou d’un établissement secondaire.

Pensez-vous que cette dynamique va perdurer en 2012 ?

En fait, durant la crise, les entreprises n’ont pas connu de problèmes de trésorerie. Comme il y avait moins de prestations à réaliser, les trésoreries ont été moins impactées. Aujourd’hui, avec le retour des clients, il faut recommencer à stocker, à livrer, à embaucher parfois des intérimaire, ce qui génère des besoins en trésorerie. De plus, le niveau de confiance n’est pas optimal et l’accès au financement plus délicat, donc les opérations d’investissement et de croissance externe sont ralenties. Il n’y a pas la même dynamique que celle que nous avons constatée sur le début de l’année 2011. En conséquence, en termes de valorisations, en 2012, nous devrions être sur des niveaux un peu plus bas que l’an passé.


Votre étude montre aussi une meilleure pérennité des fonds de commerce repris…

La pérennité demeure meilleure en reprise de fonds de commerce qu’en création, ce qui va rassurer les prêteurs et ainsi faciliter le financement. Ainsi, le taux de pérennité à 3 ans des fonds de commerce racheté en 2008 est de 88 %, alors qu’il n’est que de 66 % dans le cadre d’une création.