Selon Oseo, le chiffre d’affaires des PME a progressé de 4,7 % en 2011

19 janvier 2012

Isabelle Marie

Selon la 54ème enquête semestrielle de conjoncture PME réalisée par Oseo en novembre 2011, il apparaît que, l’an passé, le chiffre d’affaires de l’ensemble des PME a progressé en moyenne de 4,7 % sur l’année. Ce taux est à comparer à la progression, toujours en moyenne, de 3,6 % enregistrée en 2010. L’an dernier, d’après cette étude qui a porté sur 28 000 entreprises de 1 à 249 salariés, les secteurs les plus porteurs ont été l’industrie, les transports, le commerce de gros et les services aux entreprises. L’activité a stagné dans des domaines comme le tourisme et les services aux particuliers.

Les PME exportatrices ont les meilleures perspectives

Pour l’année en cours, 28 % des dirigeants de PME interrogés prévoient une croissance de leur activité et, à l’inverse,  21 % une baisse de leur chiffre d’affaires. Au niveau des TPE, les perspectives pour 2012 apparaissent globalement négatives. Sans surprise, les PME innovantes, et qui sont orientées à l’export, estiment avoir de bonnes perspectives de croissance pour cette année.
Sur l’année 2011, la situation des trésoreries ne s’est pas révélée alarmante : 68 % des PME assurent que leur trésorerie a été normale ou aisée. Concernant la rentabilité, les sentiments sont plus partagés. Si 22 % des dirigeants considèrent que leur rentabilité en 2011 aura été bonne, 24 % l’estiment mauvaise. « Globalement, les entreprises anticipent une diminution de leur rentabilité en 2012, sauf dans l’industrie, les services aux entreprises et le commerce de gros. Les plus confiantes sont les entreprises exportatrices et/ou innovantes », estiment les experts d’Oséo.

Les investissements devraient stagner en 2012

Autre élément clé quant à la vitalité des entreprises : le niveau d’investissement. D’après l’enquête d’Oseo, 55 % des dirigeants en ont réalisés. « Si les PME de plus de 10 salariés ont renforcé leurs investissements, les TPE ont vu les leurs légèrement diminuer. Deux tiers des entreprises exportatrices ont fait au moins un investissement en 2011 au lieu de la moitié seulement chez les « non exportatrices ». Les PME innovantes investissent plus que les autres (63% contre 50%) », souligne Oseo. Pour 2012, la politique d’investissement des PME apparaît relativement floue. La moitié de ces dernières prévoient tout de même un maintient de leur niveau d’investissement. Le manque de fonds propres est l’un des obstacles à l’investissement.