Selon l’Observatoire CRA, un tiers des PME sont cédées en interne ou à la famille

27 août 2012

Isabelle Marie

Selon les données de l’Observatoire 2012 CRA de la transmission de PME-PMI, 32 % des PME sont cédées en interne, à un membre de la famille (22 % soit 1 200) ou du personnel ( 78 % soit 4 200). 25 % d’entre elles disparaissent ou n’apparaissent pas sur le marché du fait d’une faillite, d’une fusion ou d’une absorption. Les autres, soit 43 %, sont cédées en externe, soit 6 800 par an. Cette étude, réalisée à partir de la base de données du CRA (Cédants et repreneurs d’affaires), porte sur 1 446 repreneurs pour l’année 2011.

L’âge moyen des repreneurs du CRA reste stable au fil des années à 45 ans. En 2011, les femmes ont représenté 6,2 % des repreneurs du CRA. En termes de formation, les profils sont assez homogènes : 90 % des repreneurs ont une formation supérieure. Soulignons qu’en 2011, les ingénieurs ont représenté pas moins du tiers des acheteurs.

57 % des repreneurs assurent disposer d’un apport personnel compris entre 100 000 et 300 000 euros et 26 % d’entre eux entre 300 000 et 1 million d’euros. Pour ce type d’entreprise, la valeur moyenne demandée est passée de 609 000 euros en 1995 à 760 000 euros l’an passé, soit une augmentation de 25 %. Le chiffre d’affaires moyen est de 1,6 million d’euros. Le rapport entre le prix de vente et le résultat net s’établit, toujours en 2011, dans une plage de 4 à 6.

66 % des cessions motivées par un départ en retraite

La durée moyenne pour reprendre une affaire est de l’ordre de 13 mois dont 6 à 8 mois consacrés à la seule phase de recherche. La recherche et l’obtention du financement  s’étalent, pour leurs parts, sur un laps de temps moyen de 3 mois. Il apparait que 58 % des affaires ont plus de 20 ans d’ancienneté et seulement 17 % moins de 10 ans.

Le départ en retraite demeure le principal motif de cession. C’est le cas dans 66 % des opérations. Réorientation professionnelle, raison de santé, changement de vie constituent les autres motifs pour les cédants.
Depuis le début des années 2000, la répartition des affaires reprises par secteur d’activité est assez stable : un peu plus de 40 % sont des PME industrielles, 22 % sont dans les services, 22 % dans le négoce et environ 15 % dans le bâtiment. Sur 15 ans l’évolution est marquée en termes d’effectif salarié. Il est passé de 18 à 11 employés.

Enfin, la mobilité des repreneurs peut être jugée comme bonne puisque 27 % d’entre eux ont repris hors de leur département et 23 % hors de leur région. La moitié des acquéreurs sont demeurés dans leur département.