Photo par GraceHues Photography

Rentrée 2021, entre reprise et crainte de faillites …

31 août 2021

Septembre sera-t-il un second printemps?  Malgré la crise sanitaire qui joue encore les prolongations, la diminution progressive des aides et mesures de soutien aux entreprises, amorcée avant l’été, fait craindre un rebond des faillites. Et alors que l’été s’achève doucement, on est en droit de se demander ce que cette rentrée de Septembre 2021 nous réserve ….

La baisse record des faillites en 2020

En 2020, grâce aux dispositifs de soutien aux entreprises le nombre de faillites avait très fortement diminué.

En effet en 2019 comme en 2018, on avait comptabilisé près de 40 000 défaillances d’entreprise. Or en 2020 ce sont « seulement » 24 000 procédures qui ont été déclenchées. Ce seuil est le plus bas depuis près de 30 ans. Aujourd’hui de nombreuses questions se posent tant sur la santé financière des entreprises que sur les conséquences sur l’économie de l’arrêt de ces aides. Que va-t-il se passer ? Il est légitime de s’inquiéter sur une vague de faillites potentielles.

Très concrètement selon l’étude du cabinet Altares, 6 587 défaillances d’entreprises ont eu lieu au 2ème trimestre 2021. En hausse de 14,2 % vs. 2ème trim. 2020, les jugements restent néanmoins inférieurs à 2019. Par ailleurs c’est un fait, 3 procédures sur 4 se concluent sur une liquidation judiciaire directe. Ce sont les TPE, le secteur du bâtiment et les zones Ile de France et PACA qui sont les plus durement affectés.

Des entreprises en risque

De nombreuses entreprises sont en risque. Bien sûr, on trouve en première ligne celles étaient déjà fragiles avant la crise. Mais il y a également celles qui pour tenir, se sont endettées en prenant un PGE, et qui avec la levée des aides en cours doivent à nouveau faire face à leurs charges, telles que les salaires et bientôt les échéances du PGE à rembourser sans pour autant avoir retrouvé le niveau de recettes d’avant crise.

Pour autant Bercy ne semble toujours pas plus inquiet que cela. L’emploi semble encore bien résister. Alors que l’on craignait 900 000 suppressions d’emplois, il n’y en a eu que 300 000. Et alors que l’on craignait un mur de la dette et une vague de faillites, pour le moment l’édifice continue de résister !

Pécherait-on par excès de précaution dans les milieux avertis ?

Pérennisation des aides

Le gouvernement voulant limiter la casse, a déclenché en juin une nouvelle rallonge de 15 milliards d’euros d’aides.

Cette continuité des aides devait être salutaire. Elle devait permettre de préserver en priorité les entreprises les plus en difficulté. Il était important de prioriser l’aide vers celles surtout qui étaient viables avant la crise.

Parmi les entreprises les plus touchées par la crise sanitaire, celles du bâtiment ont connu une augmentation de 37 % des défaillances. Les artisans représentent 95 % des entreprises du secteur Selon la FFB les faillites ont surtout concerné les gros œuvres (+50 %), notamment en construction de maisons individuelles (+88 %).

Le secteur agricole n’est pas en reste. Le nombre de procédures a plus que doublé par rapport à l’année dernière (+114,5 %). Plusieurs activités agricoles comme les activités de soutien aux cultures ou l’élevage de volailles retrouvent déjà le niveau de 2019. Les transports sont affectés aussi par cette crise sanitaire et voient les défaillances monter de près de  30 %.

Dommage collatéral et augmentation des matières premières

Aux difficultés économiques rencontrées se rajoute la flambée des prix des matières premières. Plus contraignante et plus inquiétante ! Ces augmentations risquent de mettre les trésoreries sous tension. En effet, elles vont devoir puiser dans les PGE, et elles ne pourront pas aisément les répercuter sur les prix de vente. Certaines entreprises vont user du crédit fournisseur et allonger les délais de paiement. Si ces hausses se prolongent au-delà de l’été, elles pèseront alors sur les marges et accentueront de façon significative la fragilité des PME et ETI.

La reprise tant attendue serait alors très sévèrement contrariée

Cette rentrée de 2021 est l’objet de toutes les attentions. Sans oublier les échéances électorales qui se profilent à l’horizon !

Evolution et état des mesures d’aides aux Entreprises -Septembre 2021 : https://www.economie.gouv.fr/covid19-soutien-entreprises/covid-19-aides-entreprises-evoluent-prochains-mois