Près d’un milliard d’euros versé au titre de l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) en 2011

26 septembre 2012

Isabelle Marie

L’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE) est un dispositif pouvant donner un vrai coup de pouce financier au porteur de projet au démarrage de son opération. Cette aide est ouverte aux personnes indemnisées au titre de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE). Depuis le 15 mars 2012, le montant de l’ARCE correspond à 45 % du reliquat des droits restants de l’allocataire. Concrètement, le versement peut être effectué en une ou en deux fois, à savoir au début de l’acticité puis 6 mois après.L’Unedic vient d’indiquer le nombre de bénéficiaires de cette aide en 2011. Pas moins de 74 476 repreneurs ou créateurs en ont profité l’an dernier, ce qui représente un montant global de 976,56 millions d’euros.

Les bénéficiaires de l’ARCE, explique l’Unedic, présentent des caractéristiques assez singulières. Alors que parmi les bénéficiaires de l’assurance chômage, les hommes et les femmes se répartissent de façon assez équilibrée, les destinataires de cette aide à la reprise et à la création d’entreprise sont à plus de 70 % des hommes. Ce qui est vrai pour la seule année 2011, l’est également pour la période 2006-2011 puisque que la proportion des hommes atteint plus de 71 %. En termes d’âge, la tranche 30-39 ans apparaît nettement surreprésentée chez les bénéficiaires de l’aide à la reprise et à la création d’entreprise, à près de 26 %.

L’Unedic souligne que 33 % des personnes ayant bénéficiées de cette aide en 2011 se sont inscrite à Pôle Emplois suite à une rupture conventionnelle. Les licenciements occupent la seconde place des motifs de fin de contrat de travail (23,3 %). Un indicateur est particulièrement encourageant, en l’occurrence le taux de réinscription après versement de l’ARCE. Il s’avère que plus des trois-quarts (76 %) des bénéficiaires de cette aide en 2007 ne se sont pas réinscrits à l’assurance chômage.