Persistance de l’inadéquation entre l’offre de reprise et les demandes des repreneurs

11 juin 2013

Isabelle Marie

L’un des faits marquants de  l’étude millésime 2013 du Crocis (Centre régional d’observation du commerce, de l’industrie et des services, qui dépend de la CCI de Paris) sur la reprise d’entreprise en Ile-de-France, qui est nourrie des chiffres du réseau « Passer le Relais », est l’inadéquation qui persiste entre la réalité du marché de la transmission et les souhaits des repreneurs. Ainsi, 26 % de ces derniers souhaitent reprendre un commerce et 74 % une PME mais parmi les cibles à reprendre, de la CCI de Paris, 55 % sont des commerces et 45 % des PME.

Cette inadéquation est encore plus marquée en termes de taille de l’entreprise. En effet, 56 % des repreneurs ont l’intention de racheter une entreprise réalisant plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires alors que ce type de société ne représente que 19 % du marché de la transmission.

Ce décalage entre l’offre et la demande apparaît également clairement en lorsque l’on prend en compte le prix de cession. Alors que 78 % des cédants estiment leur entreprise à moins de 500 000 euros, seulement 38 % des repreneurs s’intéressent à ce type de cible.
Enfin, il apparaît, grâce aux fichiers du réseau « Passer le Relais », que 53 % des porteurs de projet souhaitent reprendre une entreprise de plus de 10 salariés alors que ce type de cible ne représente que 13 % des entreprises à transmettre.

Le départ en retraite est souvent anticipé par le cédant

Plus d’une entreprise d’Ile-de-France sur trois a à sa tête un dirigeant âgé de plus de 55 ans. Potentiellement, pas moins de 266 000 entreprises seront à transmettre au cours des dix prochaines années.  Un tiers de ces structures emploient un salarié ou plus, ce qui représente, chaque année, un peu plus de 8 700 entreprises transmissibles sur la décennie à venir.
Sur les 266 000 entreprises potentiellement concernées par cette problématique, 68 % sont dans le secteur des services, 20 % dans le commerce, 7 % dans la construction et 5 % dans l’industrie.

Sans grande surprise, il apparaît que plus l’entreprise est structurée et compte un nombre élevé de salarié, plus le dirigeant est âgé. Ainsi, 49 % des dirigeants d’entreprises industrielles de 20 à 49 salariés sont âgés de plus de 55 ans.
Selon les données du réseau « Passer le relais », de la CCI de Paris, les deux tiers des cédants ont entre 50 et 69 ans. Le départ en retraite ou l’anticipation de celle-ci représentent les deux motifs principaux de cession d’entreprise dans des proportions respectives de 45 % et de 18 %, soit 63 % au total.

En termes de niveau d’étude, il existe une nette différence de profils entre cédants et repreneurs. Plus de la moitié de ces derniers ont un niveau bac + 5 ou plus alors que seulement 22 % des cédants ont atteint ce niveau. 46 % des repreneurs personne physique sont âgés de 40 à 49 ans ; 19 % d’entre eux ont moins de 40 ans et 30 % plus de 50 ans. Si 64 % des repreneurs possèdent une expérience professionnelle supérieure à 10 ans, 62 % d’entre eux n’ont jamais dirigé d’entreprises. Soulignons que 17 % des repreneurs enregistrés dans la base « Passer le Relais » mènent leur projet de reprise avec un associé.