L’inadéquation entre souhaits des repreneurs et réalité du marché francilien

18 décembre 2014

Isabelle Marie

Selon les données du Crocis (Centre régional d’observation du commerce, de l’industrie et des services), qui dépend de la CCI Paris Ile-de-France, quelques 88 100 entreprises francilienne employant au moins un salarié ont à leur tête un dirigeant qui atteindra l’âge de la retraite dans les dix prochaines années. Le potentiel de cible à reprendre pour les repreneurs d’aujourd’hui et de demain est bien réel!

Au total, en comptabilisant les entreprises sans salariés, le Crocis estime que 281 400 entreprises franciliennes de moins de 50 salariés seront concernées à court ou moyen terme par le sujet de la transmission car étant actuellement dirigées par un chef d’entreprise âgé de 55 ans ou plus. Cela représente environ une entreprise de la région Ile-de-France sur trois.
Parmi ces entreprise potentiellement cessibles à court ou moyen terme, 68 ù sont des entreprises du secteur des services, 20 % sont actives dans le commerce, le secteur de la construction représente 7 % et celui de l’industrie 5 %.

Selon le Crocis, et donc selon l’analyse de la CCI Paris Ile-de-France, contrairement à ses attentes  2013 n’a pas été celle du rebond après une année 2012 bien terne sur le marché francilien de la transmission. Le rebond n’a donc pas eu lieu et, en conséquence, le stock d’entreprise à transmettre continue d’augmenter. Cela peut être vu comme une bonne nouvelle pour les repreneurs car cette situation impacte le niveau de prix demandé par les cédants.

54 % des repreneurs visent une cible de plus de 10 salariés

L’étude des données contenues dans la base Transentreprise de la CCI Paris Ile-de-France fait apparaître des écarts assez significatifs entre les souhaits des repreneurs potentiels et la réalité du marché de la transmission d’entreprise. A titre d’exemple, 54 % des repreneurs souhaitent diriger une entreprise de 10 salariés ou plus, alors que seulement 19 % des PME à reprendre ont un tel effectif. Aucun repreneur potentiel d’une PME ne souhaite reprendre une entreprise dont le chiffre d’affaire est inférieur à 100 000 euros alors que ces entreprises représentent 9 % du marché.

Autre illustration de ce phénomène : 62 % des repreneurs souhaitent racheter une entreprise dont le chiffre d’affaires est compris entre 1 et 10 millions d’euros alors que ces dernières ne représentent que 10 % du marché. Par ailleurs, notons que 60 % des repreneurs veulent acquérir une PME alors que ces dernières ne représentent que 48 % des affaires à céder ; en effet, 52 % sont des commerces.

D’année en année, cette inadéquation persiste. Il apparaît que les repreneurs sont majoritairement ambitieux quant à la taille de l’entreprise à reprendre mais que leurs souhaits sont souvent éloignés de la réalité du marché.