Légère progression de la valorisation des sociétés mid-market

14 mai 2013

Isabelle Marie

""L’indice Argos Mid-Market, réalisé par Epsilon Research pour le fonds Argos Soditic et qui mesure l’évolution d es valorisation des sociétés non-cotées mid market de la zone euro, a légèrement remonté de 5 % sur le premier trimestre de l’année par rapport à la même période de 2013. La valorisation moyenne ressort à 6,6 fois l’Ebitda.

Les multiples payés par les acquéreurs industriels ont augmenté de 3 % sur les trois premiers mois de l’année à 6,5 fois l’Ebitda. Les auteurs de l’étude expliquent que, poussées par la reprise des marchés action en hausse de 28 % depuis début 2012, les sociétés cotées reviennent sur le marché des fusions-acquisitions. Leur part dans les opérations mid-market continue d’ailleurs à remonter se situant à 56 % du total sur les six derniers mois.

Un marché en recul en volume et en valeur

Les multiples payés par les fonds LBO sont revenus à leur niveau des 2ème et 3ème trimestre 2012 à 6,6 fois l’Ebitda. Les fonds se sont concentrés sur les sociétés les plus rentables du marché avec une marge d’Ebitda moyenne de 16,3 %. Alors que cette marge moyenne est de 11 % pour les entreprises acquises par des acteurs industriels.

Si l’indice Argos Mid-Market a progressé, il n’est est pas de même du marché des fusions-acquisitions mid-market. Lors du premier trimestre 2013, ce dernier a perdu 13 % en volume et 36 % en valeur. Pour sa part, l’activité LBO a baissé de 12 % en volume sur ce même premier trimestre. En volume, l’activité est inférieure d’un tiers à ce qu’elle était en 2007.

« C’est à la fois la persistance des incertitudes macro-économique de la zone euro – bancaires à Chypre, politique en Italie – et les perspectives de plus en plus confirmées d’une récession de la zone euro qui ont freiné l’activité fusions et acquisitions, en particulier des acquéreurs situés en zone euro », précise les experts d’Argos Soditic et d’Epsilon Research. A l’inverse des européens, les acquéreurs étrangers ont maintenu leur niveau d’activité en fusion-acquisition dans les opérations mid-market.