Les valorisations des sociétés mid-market en recul de 18 % sur 2012

26 février 2013

Isabelle Marie

""L’indice Argos Mid-Market mesure chaque semestre  l’évolution des valorisations des sociétés mid market non cotées de la zone euro. Réalisé par Epsilon Research pour Argos Soditic, il s’agit de l’un des meilleurs révélateurs de l’évolution du marché de la cession d’entreprise en Europe.

Si l’indice est demeuré stable sur le dernier trimestre de l’an dernier à 6,3 fois l’Ebitda historique, la baisse sur l’ensemble de l’année 2012 atteint 18 %. Rappelons qu’en décembre 2011, l’indice Argos Mid-Market atteignait 7,7 fois l’Ebitda.

Il apparaît que les multiples payés par les acquéreurs industriels sont restés stables à 6,3 fois l’Ebitda. Les entreprises cotées reviennent sur ce marché puisque leur part dans les opérations mid market est remonté à 47 %. Les acquéreurs étrangers maintiennent, pour leur part, leur niveau d’acquisition à 37 %.

Dans un marché LBO qui demeure à un niveau historiquement faible, les multiples payés par les fonds ont augmenté de 7,5 % passant de 6,6 à 7,1 fois l’Ebitda. Ces fonds se sont concentrés sur des cibles à fort potentiel. A titre d’exemple, la croissance médiane du chiffre d’affaires de ces dernières est de 7,5 %.

Un recul de 10 % en volume des fusions-acquisitions

Si, par rapport au trimestre précédent, l’activité fusion-acquisition a progressé de 28 % en volume et de 50 % en valeur sur les trois derniers mois 2012, ces chiffres sont trompeurs. En effet, le troisième trimestre a été particulièrement fable. En revanche, sur l’ensemble de l’année, les données sont plus parlantes et, malheureusement, guères optimistes. En effet, sur l’ensemble de 2012, et par rapport à l’année précédente, l’activité fusion-acquisition a reculé de 10 % en volume et de 20 % en valeur. Cette année 2012 est historiquement faible. Par ailleurs, notons que l’activité LBO, en progression sur le dernier trimestre 2012, a retrouvé son niveau du deuxième trimestre 2011.

Selon les experts d’Argos Soditic, la hausse du nombre de transaction sur le dernier trimestre 2012 semble davantage liée à la finalisation d’un certain nombre d’opérations restées longtemps en suspens qu’à une véritable reprise de l’activité. Il apparaît que le retour au calme au sein de la zone euro n’aura eu qu’un impact limité sur le comportement des acquéreurs qui restent prudents en raison des risques de récession sur différents marché.

« La reprise du marché M&A ne rassure pas totalement les acquéreurs qui restent très prudents craignant une récession prolongée en zone euro », souligne Gilles Mougenot, président d’Argos Soditic Partners.