Les PME ont moins investi sur le premier semestre

17 septembre 2015

Isabelle Marie

L’ordre des experts-comptables vient de présenter les chiffres du premier semestre 2015 issus de leur base de données Statexpert. Rappelons que la base 100 de ce nouvel indice est la moyenne sur l’ensemble de l’année 2014. Sur le premier semestre 2015, par rapport à l’ensemble de l’année 2014, les dépenses globales d’investissement des TPE et des PME reculent de 6,1 %. La situation sur le plan de l’emploi est plus contrastée. Pour les PME de plus de 9 salariés, et sur les 6 premiers mois de l’année, l’emploi progresse de 1,3 %. Par contre, pour les TPE de moins de 9 salariés, et sur la même période, le recul est de 2,6 %.

Grâce à cette même base de données, les experts-comptables donnent des données précises sur l’évolution de différents indicateurs entre les années 2013 et 2014. Il apparaît ainsi que pour l’ensemble des TPE et PME, tous secteurs confondus, le chiffre d’affaires a reculé de 0,3 % en 2014 par rapport à 2013. Pour celles réalisant moins de 750 000 euros de chiffre d’affaires, ce dernier accuse un repli de 7,3 %. Par contre, les dirigeants semblent bien avoir géré leur trésorerie. En effet, en 2014, les trésoreries ont progressé de 3,9 % par rapport à l’année précédente.

Trois propositions de réforme

Parallèlement à la publication de ces éléments statistiques, l’ordre des experts-comptables trois propositions en faveur des PME. D’une part, il s’agit de soutenir l’investissement en adaptant le dispositif de suramortissement à la réalité des entreprises. L’idée est d’étendre ce dispositif à l’ensemble des biens d’équipement éligibles à l’amortissement dégressif.

Par ailleurs, les experts-comptables souhaitent que soit supprimée la collecte de la TVA dans le B to B afin de lutter efficacement contre la fraude à la TVA. Il faudrait, pour ce faire, instaurer le mécanisme de l’autoliquidation par le preneur, comme cela a été instauré en 2014 dans le secteur du bâtiment. Enfin, les professionnels du chiffre proposent de moderniser la réglementation sociale, notamment en fusionnant CSG et CRDS et en réduisant le nombre de branches professionnelles.

Rappelons que depuis le début de l’année, l’Ordre des experts-comptables exploite cette nouvelle base de données baptisée. Cette dernière est notamment alimentée par quelque 240 000 déclarations de TVA par mois ou encore par plus d’un million de liasses fiscales annuelles. Chaque mois, cette base Statexpert permettra la publication d’un indice mensuel d’activité des TPE et PME.