Les PME françaises, bons élèves en matière de retard de paiement

7 septembre 2012

Isabelle Marie

Pour l’entrepreneur, la problématique des délais de paiement interentreprises est, bien évidemment, une question majeure. Nombre de PME sont fragilisées par des paiements tardifs de leurs clients. Chaque année des milliers d’entreprise mettent la clé sous la porte du fait de retards de paiements. Un problème attisé par la réticence des banquiers à accorder des lignes de crédit. Le repreneur, notamment dans les premiers temps qui suivent le rachat de l’entreprise, peut en souffrir plus particulièrement. Devant en effet rembourser sa dette d’acquisition, la situation de trésorerie de la société reprise est souvent tendue.

La dernière analyse trimestrielle d’Altares sur les paiements interentreprises en Europe montre que, sur ce plan, les entreprises hexagonales font des efforts et se classent parmi les bons élèves européens. Sur le deuxième trimestre de cette année, le retard moyen de paiement des entreprises françaises s’établit à 11,5 jours. « Un seuil historiquement bas tout juste effleuré deux ans plus tôt avant que l’été 2010 n’inverse à nouveau la trajectoire », note Altares. Un tiers des entreprises françaises payent leurs fournisseurs sans retard alors que la moyenne européenne est de 41,8 %.

« Moins de 10 % des ETI et grandes entreprises payent leurs fournisseurs sans retard (9,9 %). Si ce taux progresse légèrement (+ 0,5 %), il demeure environ quatre fois inférieur à celui calculé sur la population des microentreprises (39 %), plus respectueuses des délais de paiement. Entre les deux, moins d’une PME sur quatre paye ses factures sans retard. Exprimé en jours, le retard moyen de paiement se situe à 11,1 jours pour les entreprises de moins de 10 salariés, 11,3 jours pour celles de 10 à 250 salariés et 12 jours pour celles de plus de 250 salariés », soulignent les experts d’Altares.

Dans les autres pays européens, le clivage est net entre le Sud et le Nord. L’Allemagne demeure le pays le plus sérieux dans ce domaine avec seulement une moyenne de 6,2 jours de retard. La moyenne est de 8,5 jours aux Pays-Bas. A l’inverse, les retards de paiement s’élèvent à 16 jours en Italie, plus de 20 jours en Espagne et pratiquement 30 jours au Portugal.