Les défaillances d’entreprises repartent à la hausse

29 août 2016

Isabelle Marie

L’assureur crédit Euler Hermes a calculé que les défaillances d’entreprises ont progressé de 1,8 % en France au cours du second trimestre 2016. Cette hausse, certes contenue, est toutefois significative, car elle intervient après une importante baisse de 11 % intervenue sur le premier trimestre de l’année. Les mouvements sociaux, en particulier les blocages de raffineries, et les inondations qui ont affecté une partie du territoire expliquent en partie ce mauvais printemps. A juin 2016 et sur un an courant, le nombre de défaillances et de 61 620 cas, à comparer aux 64 000 sur les 12 mois précédents, soit une baisse d’un peu plus de 3 points.

 La particularisme de l’Ile-de-France

Il existe des disparités régionales. En effet, l’Ile-de-France est à contre-courant de cette tendance légèrement positive. Sur un an glissant, les défaillances ont augmenté de 3,3 %. Les entreprises franciliennes souffre de la dégradation de l’image de Paris suite aux attentats. Celles des secteurs de la restauration, de l’hotellerie et des transports sont plus particulièrement touchées.

 Les comparaisons sur plus longue période ne sont guère réjouissantes. Ainsi, les niveaux de défaillances constatés au second trimestre 2016 demeurent très largement supérieurs aux chiffres d’avant la crise : entre 2007 et 2016, le nombre de défaillances d’entreprise a progressé de presque 25 %. Stéphane Colliac observe que, sur la même période, le nombre de défaillances des entreprises allemandes a reculé de 20 %. « Cela montre qu’au bout du compte, un tel différentiel de croissance entre les deux pays, ça se paye forcément », note ce dernier.