Les chefs d’entreprise, déstabilisés, investissent peu

4 novembre 2013

Isabelle Marie

A l’image du climat économique ambiant, les résultats de la 38ème enquête de conjoncture de la CCI Paris Ile-de-France n’incitent guère à un optimisme béat. Il ressort, notamment, des réponses des quelques 6 000 dirigeants interrogés l’attente d’une clarification des politiques fiscale et sociale. Cette instabilité fiscale, illustrée par de multiples annonces incohérentes de nouvelles taxes, conduit 57 % des PME à revoir leurs décisions d‘investissement.

L’indicateur relatif aux investissements se trouve sur une mauvaise pente puisque seulement 14 % des entreprises franciliennes ont augmenté leurs investissements, lors du dernier semestre, alors que 37 % les ont réduits. Sur ce plan, la situation fluctue selon la taille de l’entreprise. Si les grands établissements ont fait preuve de dynamisme, la dégradation continue d’être sensible pour les PME, en particulier dans le secteur des services. La tendance à court terme n’est guère favorable. En effet, 30 % des responsables d’entreprise anticipent une diminution de leurs investissements au cours des six prochains mois. Sur ce plan également, ce sont les petites entreprises qui tirent l’indicateur à la baisse.

Pour sa part, l’indicateur relatif à la trésorerie enregistre une quatrième baisse consécutive et atteint son niveau le plus bas depuis septembre 1993. Seulement 11 % des entreprises assurent que leur trésorerie s’est améliorée au cours du dernier trimestre. L’indicateur mesurant la situation financière recule à nouveau pour atteindre un plus bas depuis 1996. Sur ce plan, l’ensemble des secteurs d’activité se positionne à la baisse, le plus touché étant celui de la construction. La dégradation est nettement plus sensible pour les petits établissements que pour les grandes entreprises.

Sans surprise, l’activité est en recul. Ainsi, pas moins de 45 % des entreprises franciliennes annoncent un chiffre d’affaires en recul. Concernant l’emploi, et au plan national, pour la première fois l’indicateur mise en place par la CCIP affiche un indice négatif ( -3 ), c’est-à-dire que davantage d’entreprises indiquent qu’au cours des six prochains mois, le nombre de leur salariés devrait être en baisse. « Les conditions d’un retour de la confiance des chefs d’entreprises ne sont toujours pas remplies », constate Pierre-Antoine Gailly, président de la Cci Paris Ile-de-France.