Le capital-transmission permet de créer de l’emploi

5 janvier 2015

Isabelle Marie

Selon une étude de l’Afic (Association française des investisseurs pour la croissance) et EY, quelques 36 100 emplois ont été créés en 2013 au sein d’entreprises soutenues par le capital investissement. Sur le période 2010 – 2013, le nombre d’emplois créés s’élève à 253 000. Sur ces mêmes années, les entreprises ayant eu recours au capital investissement ont connu une croissance moyenne cumulée de leur chiffre d’affaires de 20,7 %, soit plus du double de la croissance du PIB nominal français (9 %).

Il apparaît qu’en 2013, tout comme l’année précédente, le capital-transmission reste le plus important contributeur à la création d’emplois avec près de 60 % des emplois nets créés. Ceci représente 21 306 postes. « Année après année, ces chiffres soulignent que, contrairement à certaines idées fausses, le capital-transmission-LBO est créateur d’emplois en France », notent les auteurs de cette étude de l’Afic. Soulignons que le capital-innovation enregistre pour sa part, la plus forte progression des effectifs ( 6,4 %) ainsi que du chiffre d’affaires (18,4 %).

« Trop peu de capitaux viennent irriguer la croissance des entreprises »

En termes sectoriels, un tiers des 36 100 emplois créés en 2013 l’ont été dans les secteurs technologiques et scientifiques comme le numérique, l’informatique, la biotechnologie, le médical, les télécoms ou encore la communication et l’énergie. Toutefois, ce sont les secteurs plus traditionnels des services et du transport qui demeurent les plus créateurs d’emplois, au sein des entreprises soutenues par le capital-investissement, avec 17 159 emplois nets.

Ces chiffres sont le solde net des hausses et des baisses d’effectif au cours de 2013. Lors de cette année, dans 40 % des entreprises, les effectifs ont progressé de 74 712 emplois et dans 30 % des entreprises, les effectifs ont baissé de 38 615 emplois. Enfin, dans les 30 % restant des entreprises, l’effectif est resté stable.

« De façon continue les entreprises accompagnées par le capital-investissement français créent de l’emploi et de la valeur. C’est la preuve de la résistance de ces entreprises qui disposent de ressources nécessaires en fonds propres et qui bénéficient de l’expertise et du support d’actionnaires professionnels du capital-investissement. Elles peuvent continuer à croître, adopter des stratégies offensives et se projeter dans l’avenir, y compris dans cette période où les économies françaises et internationale traversent des temps difficiles. On ne peut dès lors que regretter que trop peu de capitaux viennent irriguer la croissance des entreprises », estime Michel Chabanel, président de l’Afic.