Le bâtiment souffre sur le premier trimestre 2012

9 mai 2012

Isabelle Marie

Les entreprises du bâtiment, notamment dans le secteur du second œuvre, attirent chaque année un nombre important de repreneurs qu’ils soient issus de ce domaine d’activité ou non. Ils sont donc particulièrement attentifs à la conjoncture de ce secteur. Elle n’est guère réjouissante.

Après une croissance très sensible de 3,5 % sur le dernier trimestre 2001, l’activité s’est nettement tassée sur les trois premiers mois de cette année. La progression n’est en effet que de 0,5 %. L’une des explications, avancée par la Capeb, le syndicat professionnel, est les intempéries et le froid du mois de février qui ont bloqué nombre de chantier.

Une baisse significative des commandes

« L'activité reste encore, pour le 5e trimestre consécutif, soutenue par le segment de la construction neuve (+1,5 %). Ce marché connait néanmoins des signes d’essoufflement avec un recul de -3,5 % points par rapport au trimestre précédent », note la Capeb. Cette relative bonne tenue de la construction neuve permet d’éviter un recul du secteur dans sa globalité. Le segment de l’entretien-amélioration, qui avait connu pour sa part une croissance moindre que le neuf en 2011, stagne à 0 % malgré la bonne tenue des travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements (+ 3%). Ce sont les travaux de maçonnerie qui pâtissent le plus de cette dégradation de la conjoncture avec une baisse d’activité de 1 %.

La CAPEB souligne une baisse significative des commandes ce trimestre, aussi bien en construction neuve qu’en entretien-rénovation : « Alors que cette situation ne s’était plus reproduite depuis 2010, une plus forte proportion d’artisans déclare désormais une baisse des commandes (17 % en construction neuve et 18% en entretien-rénovation) ».