L’anticipation de la transmission, un facteur clé de la réussite des entreprises familiales

5 mai 2015

Isabelle Marie

Il est souvent reproché aux dirigeants de ne pas suffisamment anticiper le moment de la cession de leur entreprise et, par voie de conséquence, la recherche de leur successeur. Cette critique ne pourra plus être formulée à l’encontre des entreprises familiales. C’est du moins l’un des éléments qui ressort de la dernière étude d’EY, réalisée en partenariat avec l’université de Kennesaw, sur les entreprises familiales au niveau mondial. Il apparaît en effet que 87 % des entreprises familiales interrogées ont déjà clairement identifiée la personne qui va assurer la succession de l’actuel dirigeant. Divers statistiques et études montrent que le successeur n’est pas forcément un fils ou une fille du dirigeant mais il peut s’agir d’un membre plus éloigné de la famille ou même extérieur à celle-ci.

Selon l’étude d’EY menée auprès de 2 400 entreprises familiales réparties au sein de 21 pays, le fait d’avoir réglé bien en amont la question d’un changement de dirigeant représente l’un des facteurs clés de la réussite globale des entreprises familiales. Parmi les autres bonnes pratiques mis en lumière par l’étude, soulignons la place des femmes. 55 % de ce type d’entreprise comptent au moins une femme à leur conseil d’administration et 70 % de ces sociétés envisagent une femme comme prochain CEO.

60 % des entreprises françaises sont familiales

Par ailleurs, les conflits, lorsqu’il y en a, ne demeurent pas larvés ce qui permet de ne pas les voir dégénérer. En effet, 90 % des entreprises familiales tiennent régulièrement des réunions de famille ou d’actionnaire afin de discuter du business et 70 % organisent des réunions familiales afin d’aborder les seules problématiques liées à la famille. Cette culture permet de prévenir les conflits ou de régler rapidement ceux qui peuvent survenir. Globalement, les dirigeants de ces entreprises familiales se montrent confiants en l’avenir puisque 68 % d’entre eux anticipent une augmentation de leur production sur l’année 2015.

EY rappelle qu’au niveau mondial, les entreprises familiales représentent 66 % de l’ensemble des entreprises. Selon différentes sources, en France, elles représentent 60 % du nombre total d’entreprise.