La situation des PME s’améliore, pas celle des TPE

24 février 2011

Isabelle Marie

Cédants et repreneurs savent bien que des entreprises en bonne santé sont plus aptes à être vendues. Le dernier baromètre de l’ordre des experts comptables confirme le regain de forme des PME. Pour les TPE, la sortie de crise est plus longue.

Big is beautiful. Toute proportion gardée, cet adage semble aussi valoir dans le domaine des petites entreprises. En effet, selon le nouveau baromètre santé des PME et TPE, établi par le Conseil supérieur de l’ordre des experts comptables, sur les deux dernières années la situation globale des PME s’est nettement améliorée, ce qui est loin d’être le cas pour les TPE. Aujourd’hui, 46 % des PME estiment que leur situation est meilleure que l’an passé, alors que ce taux n’était que de 12 % fin 2008. La perception des dirigeants de TPE apparaît bien différente. Ils ne sont aujourd’hui que 15% à se dire dans une meilleure situation qu’il y a un an, et 36% dans une situation moins bonne. Il en est de même pour le regard qu’ils portent sur l’avenir de leur secteur : 39% étaient optimistes en décembre 2008, contre 45% aujourd’hui.

La situation de la trésorerie est satisfaisante

« Dans le détail, la situation du carnet de commandes et de la trésorerie est majoritairement satisfaisante pour les PME comme pour les TPE : respectivement 65% et 56% pour le carnet de commandes, et 71% et 52% pour la trésorerie. En revanche, si la rentabilité des PME est également bien souvent satisfaisante chez les PME (58%), elle l’est moins chez les TPE (satisfaisante pour 50%) », précisent les auteurs de l’étude.
L’un des critères majeurs de l’optimisme des dirigeants, et souvent par voie de conséquence de l’état de santé de leur entreprise, est la perspective à court ou moyen terme d’embauche. Après le creux de septembre 2010 (mesuré par ce baromêtre), les prévisions d’embauche des PME repartent à la hausse. 27 % d’entre elles envisagent d’embaucher (+ 6 points), soit un niveau équivalent à celui de début 2008. Par ailleurs, le solde de créations d’emplois atteint aujourd’hui un niveau d’avant crise (16%).

Le statut d’EIRL encore peu connu

Pour leur part, seules 6 % des TPE avec salariés ont le projet d’embaucher un ou plusieurs collaborateur. Un taux évidemment très faible. Les dirigeants de TPE sans salariés sont aussi très prudents : 12 % d’entre eux pensent éventuellement embaucher un jour. Il s’agir du plus faible taux atteint depuis la mise en place du baromètre PME-TPE.
Enfin, les données quant au statut d’EIRL (Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée), qui vise à protéger les biens personnels des entrepreneurs individuels, sont intéressantes. Il apparaît assez clairement qu’il demeure mal connu par les dirigeants de PME et TPE : « 55% d’entre eux déclarent connaître ce statut, mais seulement 23% savent précisément de quoi il s’agit. Près des trois quarts des dirigeants de TPE estiment que c’est une bonne chose, dont 21% une très bonne chose », précise le baromètre.