La création d’un PEA-PME devrait fluidifier le financement des entreprises

28 août 2013

Isabelle Marie

L’une des difficultés que rencontre fréquemment le repreneur devenu patron est la recherche de financement. Car pour rembourser la dette d’acquisition, l’entreprise doit connaître un certain niveau de croissance. Cette croissance nécessite souvent des investissements, donc du financement.

Comme alternative au financement bancaire traditionnel, Pierre Moscovici vient d’annoncer la création d’un PEA (plan d’épargne en actions) destiné aux PME. Selon Bercy, la réforme du PEA sera présentée dans la loi de finance initiale pour 2014 et sera effective au 1er janvier 2014.

Un PEA-PME de 75 000 euros sera donc crée. Il bénéficie des mêmes avantages fiscaux que le PEA et fonctionne de la même manière. Les titres qui y sont éligibles sont des actions ou d’autres titres donnant accès au capital. Les entreprises éligibles sont des PME et des ETI.

Ce nouveau dispositif devrait permettre de drainer 4 milliards d’euros vers les entreprises concernées. Par ailleurs, le relèvement du plafond du PEA classique de 137 000 à 150 000 euros pourrait permettre de collecter 1 milliard d’euros supplémentaire.

Comme le note la CNCIF et la CNCEF, ce PEA-PME pourra répondre dans une certaine mesure au besoin de liquidité des PME sans remettre en question l’indépendance de leurs dirigeants, il est vrai, souvent réticents à ouvrir leur capital à des investisseurs extérieurs.