« Je préfère gagner moins d’argent et que l’entreprise reste aux gars »

4 janvier 2017

Isabelle Marie

Pour bien commencer l’année, une belle histoire de transmission. Cette dernière nous est rapportée par nos confrères d’Ouest France. Eric Belile, arrivé à Nantes en 1962 en tant que réfugié politique, est aujourd’hui le dirigeant heureux d’une florissante société spécialisée dans l’impression, La Générale de Bureautique. Créée en 1989, l’affaire dispose maintenant de trois agences dans la région et a réalisé, l’an dernier, un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros avec une croissance à deux chiffres.

A l’heure de la retraite, il s’est retrouvé face à la problématique de la transmission de l’entreprise qu’il a créée et développée. Dans cet univers très concurrentiel de l’impression, il aurait pu vendre sans aucune difficulté à un groupe ou à un fonds d’investissement et à un bon prix. Il aurait pu aussi transmettre à ses fils. Il a finalement décidé de céder l’entreprise à ses salariés pour un prix deux à trois fois moindre que celui qu’il aurait pu obtenir d’un repreneur extérieur.

Eviter des licenciements

 "J’y gagne, estime-t-il dans les colonnes d’Ouest France, car le groupe va perdurer avec ses valeurs, avec le nom que j’ai pu créer, il garde aussi son aspect régional Je dois bien ça aux salariés. Pour moi, il est naturel que l’entreprise reste au personnel : on a bâti le projet ensemble. Ce n’est pas une démarche altruiste, c’est un juste retour des choses. Vendre à un groupe, ça signifierait des licenciements ».

En effet, selon lui, s’il avait cédé son entreprise, certes à un prix bien supérieur, à un groupe du secteur ou à un fonds de pension, environ le tiers des salariés auraient inévitablement été licencié. « Je préfère gagner moins d’argent et que l’entreprise reste aux gars », assure le dirigeant.

Cinq cadres de l’entreprise ont monté un LBO pour reprendre la structure. Les dividendes que génère l’entreprise serviront au remboursement de la dette sénior. La transition se fera en douceur. Le cédant a prévu une période d’accompagnement assez longue.