Hervé Gorge

28 février 2012

Isabelle Marie

""Quelle a été votre parcours et pourquoi avoir repris une franchise ?

J’ai eu une proposition pour reprendre une franchise Easy Cash  alors que je cherchais à en ouvrir un en 2007. J’ai eu la chance de bien connaître la situation économique et les résultats de cette entreprise donc je n’ai pas hésité. Par la suite, j’en ai créé deux autres, en 2010 et 2011, au sein du même réseau. Auparavant, j’ai travaillé 25 ans chez Carrefour où, les dernières années, j’ai dirigé des unités de 350 à 500 personnes.

Quels sont selon vous les risques spécifiques à la reprise ?

Je pense que la reprise comporte un certain nombre de risques. Le risque majeur est une baisse de l’activité au début de l’exploitation. Par ailleurs, une équipe et des méthodes sont déjà en place et on ne les connaît a priori pas. On apprend le métier au contact de cette équipe et on ne peut pas être certain qu’elle vous accepte. J’ai rencontré chacun des salariés à qui j’ai précisé mes objectifs. Tout le monde a souhaité rester.

A votre arrivée à la tête de l’entreprise, quelle a été votre stratégie ?

J’ai opté pour une vraie continuité dans la reprise afin de conserver la dynamique mise en place. J’ai conservé un cap stratégique qui nous garantissait la pérennité des résultats.
J’ai eu à cœur de ne pas modifier structurellement ce qui fonctionnait déjà bien. Je pense qu’il faut œuvrer avec une certaine humilité et ne surtout pas arriver en terrain conquis. J’ai ensuite pris des orientations mais sans chambouler l’équilibre. Ceci a été possible car l’entreprise était saine et dynamique.

Avez-vous du générer du cash flow supplémentaire pour pouvoir rembourser la dette senior ?

Les résultats de l’entreprise ont permis de rembourser l’emprunt. J’ai fait progresser les résultats de l’entreprise de 5 à 10 % par an. La question à bien se poser avant de reprendre est de savoir s’il est possible de rembourser les emprunts avec le résultat de l’entreprise au jour où on la reprend. En reprenant cette entreprise, j’ai aussi acheté du temps. J’ai gagné du temps sur les phases de développement. J’ai aussi pu me rémunérer immédiatement. Je considère que j’ai gagné deux à trois ans de résultats.

Avez-vous pu négocier le prix de cession ?

Il n’y a pas eu de négociation sur le prix. Bien entendu, j’ai payé plus cher que si j’avais créé une nouvelle franchise, de l’ordre de 50 % de plus. Le prix a été fixé par rapport au potentiel mais surtout par rapport aux résultats.