Hausse des investissements en capital-risque

11 mars 2014

Isabelle Marie

Après deux années consécutives de baisse, le niveau des investissements en capital-risque est reparti à la hausse sur 2013. Selon les données de l’Indicateur Chausson Finance, avec 911 millions d’euros investis sur l’année, la progression est de 16 % par rapport à l’année précédente.

Rappelons que l’Indicateur Chausson Finance, publié chaque semestre, recense les sommes investies par les sociétés de capital-risque françaises dans les entreprises françaises et européennes ainsi que le nombre des entreprises financées.

Si le total des investissements est en hausse, le nombre de sociétés financées est, sur le second semestre 2013,  en baisse de 10 %, à 367. Du fait de cette double évolution, le montant moyen investi par société s’élève à 1,3 million d’euros, sur les 6 derniers mois de 2013, contre un peu moins de 1 million sur le semestre précédent. « Cette concentration des investissements va de pair avec l’accroissement des montants investis dans les sociétés les plus matures, qui requièrent des tours de financement plus importants », notent les experts de Chausson Finance. 

Il apparaît que la BPI est devenu l’acteur majeur du capital-risque français avec plus de 88 millions d’euros investis sur le second semestre 2013 soit deux fois plus que le deuxième fonds le plus actif. L’indicateur Chausson Finance précise que 92 % des montants investis par la BPI l’ont été sur des sociétés matures à savoir au cours d’un deuxième tour de table et suivant. Cette tendance est finalement assez générale puisque sur les 367 sociétés financées sur le deuxième semestre 2013, seules 82 d’entre elles ont reçu des fonds pour la première fois.

En terme de secteurs financés, la santé reprend sa place historique de leader après que le secteur Internet et e-commerce ait occupé la première position sur les 5 semestres précédents. Ce secteur de la santé a attiré 134 millions d’euros d’investissement sur la période. Notons que quatre des plus gros tours du semestre considéré l’ont été sur des entreprises de la santé.