En léger recul, les défaillances demeurent toutefois à un niveau élevé en 2011

17 janvier 2012

Isabelle Marie

""En dépit d’une très légère amélioration sur l’ensemble de l’année 2011, le chiffre des défaillances d’entreprise demeure très préoccupant. L’an passé, 59 614 procédures de sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation judiciaire ont été prononcées par les tribunaux soit un recul de 0,5 % selon la société Altares. Ce niveau demeure, sur plusieurs années, élevé par rapport aux chiffres d’avant la crise de 2008 qui s’établissaient aux environs de 50 000 défaillances.
Ce sont les PME qui apparaissent le plus fragilisées. Parmi les sociétés de plus de 50 salariés, 409 ont déposé le bilan l’an dernier, soit 10 % de plus qu’en 2010. Les experts d’Altares  soulignent que cette dégradation est d’autant plus préoccupante qu’elle s’est accélérée sur le dernier trimestre, avec une progression de 35 %.

Nombre d’entreprise ne parviennent pas à se développer

Autre facteur d’inquiétude, les sociétés qui sont passées l’an dernier devant les tribunaux de commerce sont plus fragiles qu’en 2010. Ils ont prononcé la liquidation judiciaire pour 25 % des entreprises de plus de 100 salariés jugées en 2011 contre 21% en 2010.
« Plus d’une entreprise défaillante sur deux ne passe pas son 5ème anniversaire. Pourtant ce sont celles âgées de 6 à 10 ans qui présentent les tendances les plus lourdes. Les défaillances de celles-ci augmentent de 10 % en 2011 et encore 9 % sur le dernier trimestre. Il s’agit d’entreprises créées sur la dynamique des mesures de 2002 en faveur de la création ou de la transmission et reprise d’entreprises. Après avoir réussi la phase d’installation, elles ne parviennent pas aujourd’hui à se développer, étape qui nécessite de trouver de nouveaux financements, démarche difficile en période de restriction », précise la société Altares.
Bien entendu selon les secteurs, les orientations sont contrastées. C’est, par exemple, le cas de l’industrie manufacturière où le nombre des défaillances a reculé de 7,7 % par rapport à 2010. Le transport et la logistique ont aussi connu une baisse des défaillances de 8 %. Toutefois, sur le dernier trimestre 2011, le transport routier a connu une hausse des défaillances de 13 %. « La construction s’inscrit sur de bonnes tendances sur l’année (- 4,7 %) et sur le dernier trimestre (- 3,4 %). En revanche, le commerce est à la peine dans la vente de détail (+ 4 %) et la vente et réparation de véhicules (+ 15 %) mais poursuit son redressement dans le négoce interentreprises (- 7 %). Les services aux particuliers, déjà en difficulté en 2010, s’inscrivent sur des tendances défavorables (+ 2,4 %). Le secteur de la restauration est lui aussi tendu sur l’année (+ 2,2 %) et sur le dernier trimestre (+ 5,7 %) », précisent les experts d’Altares.
Après un recul de 11 % en 2010, les procédures de sauvegarde ont progressé de 14,2 % l’an dernier, soit 1 419 procédures.

Des sociétés en difficulté depuis des années

« Comme en 2010, plus de 68 % des jugements sont des liquidations judiciaires directes, preuve que les entreprises continuent de se présenter devant les juges exsangues. Et pas seulement les petites entreprises ; les PME de plus de 100 salariés sont même plus nombreuses qu’en 2010 dans ce cas. En effet, si durant la crise, la brusque disparition de 30 % voire 50 % des carnets de commande expliquait les brutales défaillances de PME, en 2011, ces grandes PME sont davantage des sociétés à bout de souffle, en difficulté depuis de nombreux mois voire plusieurs années. Pertes récurrentes, publication de comptes irrégulière ou absente, retards de paiements fournisseurs sont autant de signaux confirmant leur vulnérabilité. Ces sociétés réglaient leurs fournisseurs tardivement mais elles-mêmes manquaient sans doute de vigilance sur le respect des paiements de leurs clients », souligne Thierry Million, responsable des études Altares.