Comment va être imposé le cédant sur ses plus-values de cession ?

28 octobre 2013

Isabelle Marie

On le sait, les gains de cession de valeurs mobilières et de droits sociaux réalisés par des particuliers vont être imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu et ce, après application d’un abattement dépendant de la durée de détention des titres.

Rappelons que ce dispositif comprend deux régimes. D’une part, un régime général qui reposera sur un abattement de 50 % pour une durée de détention des titres comprise entre 2 ans et moins de 8 ans et de 65 % à partir de 8 ans. D’autre part, un régime incitatif qui se traduira par un abattement de 50 % pour une durée de détention des titres comprise entre 1 et moins de 4 ans, de 65 % pour une durée de 4 à moins de 8 ans et de 85 % pour une durée supérieure à 8 ans. Ce dernier régime s’applique notamment aux cédants de PME partant en retraite.

Un exemple chiffré, réalisé par les services de Bercy, vient illustrer concrètement le régime dit incitatif dans le cas du cédant partant en retraite :Un dirigeant de PME partant en retraite déclare, au titre de l’année 2014, 100 000 euros de salaires nets ainsi qu’une plus-value mobilière de 1 million d’euros réalisée lors de la cession des titres de son entreprise qu’il détient depuis plus de 8 ans.

En application de la réforme et à compter des cessions de 2014, sa plus-value sera taxée après application d’un abattement fixe de 500 000 euros et d’un abattement pour durée de détention de plus de huit ans au taux de 85 %. Il sera donc imposable sur une plus-value de 75 000 euros, soit 7,5 % de la plus-value réalisée.

Le contribuable sera redevable au titre de l’ensemble de ses revenus  d’un impôt sur le revenu total de 54 738 euros dont 23 436 euros au titre de ses seuls salaires.