Baromètre Absoluce : valorisation des PME à la hausse

8 décembre 2014

Isabelle Marie

Comparé à celle d’une société cotée, la valorisation d’une PME n’est pas une tâche aisée. En effet, les méthodes d’évaluation classiques par flux ou par comparables ne sont pas les plus pertinentes pour les PME au-delà même des biais intrinsèques qu’elles peuvent contenir. Les cédants comme les repreneurs, ou encore les dirigeants qui souhaitent avoir une idée de la valeur de leur entreprise sans forcément penser à la cession, peuvent certes se tourner vers des outils d’évaluation pertinents comme le modèle Valentin.

Pour sa part, le groupement d’audit et de conseil Absoluce, en collaboration avec la société InFinancials, a élaboré un baromètre qui permet d’apprécier de façon objective la valeur des entreprises non cotées, par taille et par secteur d’activité, à partir de 6 indicateurs clés. « L’objectif est de permettre aux chefs d’entreprise de disposer d’un instrument permettant d’approcher une première valeur de leur société et d’apporter des outils rationnels pour les évaluateurs professionnels », souligne le groupement Absoluce.

"Nous avons construit un algorithme qui permet de passer de façon raisonnable et objective d’un coefficient qui permet de valoriser une société cotée à une société non cotée évoluant dans le même secteur. Notre méthodologie fonctionne depuis deux ans. Nous appliquons un taux de décote pour arriver à une valeur", explique Michel Tudel, président du groupe Absoluce dans une interview à cession-entreprise.com.


Hausse du multiple de résultat sur 2013

Cette approche statistique permet de rectifier les multiples issus du marché boursier et de traduire le risque pour un actionnaire d’une entreprise non coté à partir de 6 indicateurs : le coût des fonds propres, le multiple d’EBIT, le multiple d’EBITDA, le PER (multiple de résultat), le coût moyen pondéré du capital et le beta.

Selon ce baromètre Absoluce, qui porte sur 6 ans (de 2008 à 2013), les sociétés non cotées voient leurs multiples de valorisation  demeurer assez stables sur la période 2008-2011 (entre 9,5 et 9,6) pour diminuer en 2012 à 7,5. Entre 2012 et 2013, le multiple de résultat progresse de 14,7 % à 8,6.

« On constate que les multiples des sociétés non cotées sont impactés avec retard, à la hausse, comme à la baisse, environ d’une année, en comparaison avec les multiples des sociétés cotées. Ce décalage, que l’on peut attribuer à une plus faible exposition des sociétés non cotées au contexte économique international, laisse présager une remontée prochaine des multiples pour les sociétés non cotées », précisent les concepteurs de ce baromètre.

Il apparaît que la tendance générale est à l’augmentation du taux de décote médian à savoir l’augmentation de l’écart entre le multiple de résultat net pour les sociétés cotées et les sociétés non cotées. Selon le baromètre Absoluce, ce taux de décote passe de 40,6 % en 2012 à 47,2 % en 2013. Ce baromètre confirme que plus la société est petite, plus le taux de décote sera élevé.