Baisse du nombre de PME à avoir repris un fonds de commerce

24 septembre 2015

Isabelle Marie

Qui sont les acquéreurs de fonds de commerce ? Grâce à ses statistiques exhaustives, le Bodacc (Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales), par le biais de son baromètre semestriel, apporte des données intéressantes. Elles portent sur le premier semestre 2015.

 

Il apparaît que la majorité des acquéreurs, soit 54,5 %, sont des repreneurs personnes physiques que le Bodacc range sous la catégorie « Microentreprise sans salariés ». Cette catégorie est en recul de 15 %. Ces repreneurs ont acquis leur cible pour un prix de cession moyen de 181 879 euros. Parmi les repreneurs personnes morales, les TPE de 1 à 9 salariés représentent 32,7 % de la totalité des acheteurs, soit une légère progression de 3,5 % par rapport au premier semestre 2014. Pour cette catégorie, le prix moyen d’acquisition est de 137 466 euros en baisse de 19,8 %.

Le solde des acheteurs sont des entreprises de plus de 10 salariés. Les plus grandes d’entre elles (plus de 250 salariés) offrent un prix moyen d’acquisition de 547 905 euros, soit très précisément le triple de ce que paient les repreneurs personnes physiques. Ces dernières représentent 2,6 % des acheteurs. Pour leur part, les PME acquièrent les fonds de commerce au prix moyen de 310 346 euros, en baisse de 4,6 %. Sur le premier semestre, elles sont 2 038 à avoir acquis un fonds de commerce, soit 10,2 % du total des acheteurs. Ce chiffre est en repli de 16,4 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Avec précisément 19 947 reprises de fonds de commerce au cours du premier semestre 2015, le recul est de 12 % par rapport à la même période de l’année précédente. Ce chiffre est le plus bas enregistré depuis le lancement du baromètre Bodacc en 2010. En effet, en moyenne sur les cinq dernières années, quelque 22 600 fonds de commerce faisaient l’objet d’une cession chaque premier semestre. En 2015, le déficit est donc proche des 2 500 opérations.

Un prix de cession moyen en recul de 3,4 %

Pour expliquer ce net recul des cessions, les auteurs du baromètre Bodacc estiment que vendeurs et acheteurs ont du mal à trouver un compromis sur le prix juste du fonds de commerce. Il est vrai que le cédant entrevois une éclaircie conjoncturelle et demande un prix qui être surévalué ; de son côté, le repreneur pense à juste titre que la croissance n’est pas de retour et il manque de visibilité sur la quelques années à venir. En conséquence, il ne veut pas prendre le risque de s’endetter trop lourdement pour acquitter le prix de cession. De plus, et même si nombre d’entreprises se sont montrées résilientes durant les années de crise, leur trésorerie et leur santé générale se trouvent tout de même dégradées et leur valorisation s’en ressent.

Sur ce premier semestre 2015, le prix de cession moyen accuse un recul de 3,4 % à 184 608 euros. Cette baisse intervient après un recul de 2,3 % sur la même période de 2013 et de 0,4 % en 2014. Il est à noter que ce montant est comparable aux valeurs de crise en 2008 et 2009. « En ce début 2015, l’incertitude conjoncturelle a de nouveau refroidi l’enthousiasme des repreneurs, d’autant que les petites entreprises, les plus nombreuses à souhaiter céder leur activité, ont été à la peine toute l’année 2014. Des fonds de commerce sont sans doute moins attractifs et donc potentiellement plus difficiles à vendre. Conjugué à un climat des affaires toujours compliqué, le marché de la transmission des fonds de commerce est attentiste ce premier semestre », notent les auteurs de l’étude.