71 % des patrons de PME face à un durcissement des conditions de leur banque

18 juin 2013

Isabelle Marie

Selon la 18ème édition du baromètre de KPMG et de la GGPME sur le financement et l’accès au crédit des PME, près d’un tiers des dirigeants de PME estiment que la situation économique a un impact négatif important sur leurs conditions d’accès au crédit.
Parallèlement, les besoins en financement des PME augmentent et atteignent le niveau le plus haut depuis le début de l’année. En effet, 65 % d’entre elles éprouvent un besoin de financement, dont 44 % pour financer l’exploitation (+ 6 points sur trois mois) et 32 % pour financer des investissements.

Les besoins de crédit pour des investissements s’orientent d’abord vers le remplacement ou l’entretien  de matériel (59 %). Les crédits pour les investissements dans de nouveaux équipements restent stables à 38 %. A l’inverse les besoins exprimés pour des investissements d’innovation reculent de 6 points à 21 %.

Autre évolution inquiétante, le pourcentage des PME qui font face à au moins une mesure de durcissement de la part de leur banque : le taux atteint 71 %, soit 4 points de plus qu’il y a 6 mois. Dans ce cadre, la principale difficulté concerne les frais élevés ou des montants financés plus faibles que souhaité par le dirigeant (pour 41 % des chefs d’entreprise interrogés). Par ailleurs, 38 % des PME se voient demander des garanties supplémentaires et 32 % des demandes de cofinancement.

De façon générale, les patrons français demeurent toujours inquiets, à hauteur de 89 %, quant à l’état de l’économie française. Un tiers se déclarent même « tout à fait » inquiet contre 23 % il y a trois mois. Ils sont 57 %, contre 53 % en mars dernier, à se déclare inquiets pour activité. Pas moins de 57 % des dirigeants de PME sont affectés par une baisse de leur chiffre d’affaires. Il s’agit, aux dires de ces derniers, de leur principale difficulté. Pour cette enquête, 401 dirigeants d’entreprises de 10 à 500 salariés ont été interrogés.