STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

Fiches conseils de la transmission d'entreprise
Sommaire Retour aux fiches conseils

Comment financer sa reprise d’entreprise ?

Le financement de sa reprise est, bien entendu, l’élément clé dans ce type d’opération pour le repreneur. Différentes possibilités s’offrent à lui. Avant de solliciter les banques pour financer sa dette d’acquisition, le repreneur devra disposer d’un apport personnel bien dimensionné à son projet de reprise. Tour d’horizon…

 

1 – L’apport personnel en fonds propres

Avant même de solliciter un établissement bancaire pour sa dette sénior, le repreneur doit disposer d’un apport en fonds propre afin de démontrer son sérieux et de crédibiliser sa démarche. Selon l’AFE, aujourd’hui, cet apport doit représenter entre 20 et 35 % du prix de vente de la cible. Comment réunir les fonds propres ?

A – Le patrimoine personnel du repreneur

 Le repreneur va, bien entendu, songer en premier lieu à ses deniers personnels, notamment ses indemnités de départ dans le cas où il était jusqu’alors salarié. Attention toutefois à ne pas mettre 100 % de son patrimoine personnel dans le rachat d’une entreprise et d’en conserver une partie en cas d’aléas.

B – Le love money

Autre piste, le love money, autrement dit des fonds venant de la famille, d’amis ou d’autres proches. Ils peuvent participer au projet sous forme de donation, de participation au capital de la future société ou de prêt. Rappelons que les particuliers qui investissent dans une entreprise peuvent bénéficier d’avantages fiscaux.

C – Les différentes aides publiques

Les aides publiques, nombreuses, ne doivent pas être négligées par le repreneur. Elles émanent de l’Etat, des régions, d’autres collectivités et même de certains établissements publics. Le porteur de projet ne doit, toutefois, pas consacrer trop de temps et d’énergie à tenter de collecter l’ensemble des aides, certaines pouvant être relativement modiques. Toutes ces aides sont accessibles grâce au moteur de recherche aides-entreprise.fr.

D – Les prêts d’honneur des réseaux d’accompagnement

Le repreneur doit évidemment songer aux prêts d’honneur. Ils sont décernés par des réseaux d’accompagnement comme Réseau Entreprendre ou Initiative France. Le repreneur devra être sélectionné au préalable. Ces prêts sont à taux zéro, sans garantie ni caution personnelle. Leurs montants vont de quelques milliers à plusieurs dizaines de milliers d’euros selon la nature du projet et le réseau.

E – Le recours à des investisseurs

Les investisseurs peuvent participer de façon importante au financement de la reprise en fonds propres. « Vous avez la possibilité de créer une holding de reprise et d’ouvrir le capital de cette dernière à des investisseurs », souligne l’AFE. Dans les faits, le repreneur va créer une société-mère qui va détenir tout ou partie de l’entreprise qui va être reprise. Des fonds d’investissement ou des business angles peuvent sollicités. Il ne faut pas oublier le crowdfunding, bien qu’il ne s’agisse pas d’une formule magique.

 

2 – La dette senior

A – Négocier avec les établissements bancaires

Une fois les fonds propres réunis, il s’agit de se mettre en quête d’un crédit. Dans ce cadre, les premiers acteurs sont, bien sûr, les banques. « L’endettement se fait généralement sur une durée de 7 ans et ne couvre généralement pas plus de 70 % du prix d’acquisition », assure l’AFE. Le repreneur ne devra pas uniquement se focaliser sur les taux ; les garanties et les frais de dossier peuvent se négocier. C’est aussi le bon moment d’évoquer la future relation bancaire et, notamment, les conditions d’éventuelles autres lignes de crédit. Les banques exigeront très vraisemblablement des garanties.

B – Le prêt transmission de Bpifrance

Le repreneur pourra également regarder du côté de Bpifrance qui propose toujours don contrat de développement transmission pour les reprises de PME. Il s’agit d’un prêt de 40 000 à 60 000 euros, sans garantie ni caution personnelle, qui doit être associé à un prêt bancaire. Ce dernier ne peut pas représenter plus de 40 % de l’ensemble des prêts obtenu par le porteur de projet. Par ailleurs, l’établissement public peut garantir les prêts bancaires à 50 % pour la reprise d’une PME.

C – Le crédit-vendeur et l’earn out

Enfin, autre possibilité de financement en crédit, le crédit-vendeur. Le principe est simple : c’est le cédant qui va accorder un prêt à son repreneur pour le rachat de sa propre société. De même que l’earn out, cette solution peut être un peu d’huile dans les rouages d’une négociation difficile et ainsi débloquer la situation.