STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

Comment faire un bon business plan, conseils pratiques pour convaincre son banquier
Table des matières :

2. Les ratios à respecter du point de vue bancaire

Le ratio incontournable dit de « capacité de remboursement » Il mesure le risque lié à la capacité de remboursement de la dette d'acquisition par rapport aux bénéfices passés et prévisionnels.

Ce ratio prioritaire est regardé scrupuleusement par les banquiers prêteurs car il exprime le niveau de risque de leur engagement.


Ce ratio de capacité de remboursement peut s'exprimer :

  • soit sous forme de la durée de remboursement de la dette par rapport au montant des résultats nets moyens récurrents passés .
    • Plus la durée de remboursement sera faible, plus le risque financier de l'effet de levier sera acceptable pour le banquier prêteur.
    • Règle = cette durée théorique ne doit pas excéder 4 à 5 ans maximum, alors que la durée effective du prêt peut aller jusqu'à 7 ans.
    • La différence entre la durée « théorique » et la durée « effective » correspond à une marge de sécurité indispensable pour faire face d'une part aux aléas économiques et d'autre part au besoin d'autofinancement nécessaire au développement de la société (investissements, BFR .).
  • soit sous forme de pourcentage par rapport aux résultats prévisionnels réalisables :
    • Plus le pourcentage des résultats nets affectés au remboursement de la dette sera faible, plus le risque financier de l'effet de levier sera acceptable pour les banquier prêteur.
    • Règle = ce pourcentage théorique ne doit pas excéder 50 % à 70 % maximum du total des résultats nets prévisionnels réalisables

Avertissements = Ces ratios sont à personnaliser pour chaque dossier de reprise selon ses particularités, notamment :

  • Le réalisme et le caractère plus ou moins "prudent" du prévisionnel de reprise.
  • L'importance et l'évolution du B.F.R (besoin en fonds de roulement) ainsi que des investissements nécessaires en fonction du C.A. prévisionnel et des moyens mis en oeuvre.
  • Le niveau d'endettement initial de la cible préalablement à la cession.

Le ratio dit d' « apports de fonds propres »

Il mesure le niveau d'engagement financier du repreneur exprimé en pourcentage d'apport en fonds propres directs et indirects selon le prix de cession.

Il exprime donc l' équilibre du montage financier et la " mutualisation" du risque pris entre les banquiers prêteurs et le repreneur.


Le ratio d'apport en fonds propres du repreneur , souhaité par les banques est compris entre 30 % et 50 % du prix de cession .


Avertissements = Ce ratio est à personnaliser pour chaque dossier de reprise selon le niveau de risque lié :

  • à la qualité du projet de reprise (atouts et faiblesses)
  • au réalisme et au caractère plus ou moins prudent du prévisionnel de reprise
  • à l'importance de l'effet de levier financier
  • à l'importance de la capacité bénéficiaire de la cible.

Les autres règles de « bon sens » :

Une caution personnelle est bien vue : la SOFARIS l'exige systématiquement en la plafonnant à 50% du montant emprunté, à moins d'une contre-partie significative offerte par le repreneur (comme un important niveau d'apports personnels).


L'accompagnement du cédant est aussi un élément favorable et plus encore lorsque ce dernier reste financièrement engagé dans la cible (crédit vendeur sous forme de comptes courants associés ).

En revanche, attention au montage qui engendre une déperdition de dividende (comme le maintien du cédant au capital de la cible pour une part non négligeable).


Si crédit vendeur il y a, le repreneur devra le garantir au travers d'une caution bancaire.


Un effort du repreneur pour contenir son salaire les premières années est également apprécié par les banquiers, le temps de démontrer le bon déroulement du plan de remboursement de la dette d'acquisition bancaire MT.


Le repreneur doit également « motiver » la banque sollicitée pour l'octroi de la dette bancaire MT d'acquisition en lui confiant le fonctionnement du compte commercial de la société cible (ensemble des encaissements et paiements commerciaux de la société) au prorata du pourcentage du crédit MT accordé par cette banque.


Pour la recherche du crédit bancaire MT, le repreneur devra solliciter avant toute chose sa banque personnelle ainsi que la banque de la cible (en accord avec le cédant) puis rechercher simultanément l'accord de plusieurs banques plutôt à caractère régional.