STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Tribune

Quelle stratégie pour améliorer sa compétitivité ?

Par Gilles LECOINTRE

Publié le lundi 19 juin 2017

Statisticien et économiste, Gilles Lecointre est professeur à l'Essec. Il connaît parfaitement le monde de l'entreprise pour avoir dirigé une structure d'une soixantaine de salariés. Spécialiste reconnu des PME, il est l'auteur de nombreux ouvrages notamment sur les thèmes de la transmission d'entreprise, de l'évaluation ou encore des politiques de l'emploi. Paru dans Les Echos, sa dernière tribune aborde le thème de la recherche de compétitivité pour nos PME.

Quand on aborde la question de la « compétitivité » au plan national, on évoque presque automatiquement la « baisse des coûts ». Notre économie serait handicapée par un niveau de charges tel que les entreprises seraient dans l’incapacité structurelle de générer croissance et emplois…

Est-ce la seule et la « bonne » réponse quand on se place au niveau de l’entrepreneur qui cherche à améliorer ses marges ?

Toute entreprise œuvrant sur un marché libre, aussi petite soit-elle, a comme impératif prioritaire de « gagner de l’argent ». Non pas tant pour amasser un trésor au profit de son propriétaire que pour d’une part survivre à court terme et d’autre part, épargner afin  de maintenir et améliorer ses équipements et ses produits. Avoir du cash pour payer à court terme ses fournisseurs et ses employés, disposer de fonds propres pour autofinancer à long terme ses investissements (ou lever de la dette), telle est la règle du jeu entrepreneurial.

Au cœur de cette problématique il y a la marge bénéficiaire, différence entre les recettes et les coûts, et dont découlent tôt ou tard la création du cash disponible et de l’épargne possible. Dès lors, que peut-on faire de mieux pour générer une marge maximale et obtenir le meilleur équilibre financier souhaitable?

Il existe deux solutions qui peuvent être menées indépendamment l’une de l’autre, alternativement ou en même temps. Ou bien on agit sur le niveau du prix de revient en essayant de le comprimer le plus possible ; ou bien on améliore l’offre de ses produits afin d’être en capacité d’augmenter ses prix de vente. Quelle est la meilleure stratégie ?

Observons tout d’abord que chacune de ces politiques ne présente pas les mêmes avantages, inconvénients et conséquences. Baisser les coûts est une décision relativement simple à prendre, qui ne dépend que de soi et qui peut avoir un effet rapide. Mais cela passe par la contrainte: sur les salariés afin qu’ils travaillent davantage, mieux et plus vite, sur les fournisseurs afin qu’ils réduisent leurs prétentions tarifaires. C’est donc une stratégie « dépressive » qui peut avoir pour conséquence négative le « désengagement » : des salariés qui trouveront la pilule amère et le pari difficile à tenir, des fournisseurs qui soit partiront, soit délivreront une moindre qualité. C’est donc avant tout une stratégie défensive quand on ne peut pas faire autrement et qu’on est pris à la gorge sur un marché non porteur, ou bien sur un produit peu attractif pour ses consommateurs potentiels.

D’un autre côté, il y a la politique d’amélioration de l’offre. De quoi s’agit-il ? Toute entreprise propose sur le marché qu’elle s’est choisi pour cible, un certain produit à un certain prix. Cela définit son « positionnement », sa différence par rapport à ses concurrents, son identité. Plus la différence est grande, plus on peut se démarquer des autres de façon positive, plus on a le pouvoir de fixer un prix élevé en se situant sur une offre « premium ». Donc, plus le produit est « bon » et différent, plus le prix est élevé et meilleure est la marge. Mais bien entendu cette « super-qualité » ne se décrète pas du jour au lendemain, elle est la conséquence d’une stratégie volontariste d’innovation et d’investissement à long terme. Elle nécessite davantage d’imagination, davantage d’efforts, davantage de prise de risque, davantage de moyens financiers. C’est une politique de long terme, c’est le travail essentiel d’un entrepreneur. Mais cela paie ! On a pu ainsi démontrer qu’entre les entreprises qui investissent le plus sur leur offre de produits et les autres, il y avait un différentiel de croissance annuel de leur chiffre d’affaires de près de dix points !

Mais c’est aussi une politique indispensable, car la seule tactique de baisse des coûts a ses limites et ne permet que de survivre (mal) un certain temps. Si on n’agit pas pour améliorer son offre, tôt ou tard, elle sera dépassée et disparaîtra du marché avec l’entreprise qui la porte.

Il en est de même au niveau d’une nation, comprimer le niveau des charges ne crée pas la richesse. Bien au contraire, elle a un effet dépressif. Mieux vaut toujours privilégier  l’attaque à la défense, en l’occurrence, l’innovation.

Ajout de commentaire

Code de sécurité

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE SDE NANTES