STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Secteurs

Services à la personne : pas si simple

Par Ann-Karen BARTOSZEWSKI

Publié le mardi 9 décembre 2008

Si la création d’entreprises bat son plein depuis le plan Borloo de développement des services à la personne lancé en 2005, la problématique de la transmission est encore marginale. « C’est un secteur en phase d’émergence. Les structures commerciales sont jeunes », analyse Henry Savajol, directeur des études à Oseo. Mais avec le temps, des opportunités apparaissent. Daniel Hoareau qui a racheté en 2005, à Dijon, la société d’aide aux personnes âgées « AAD Bourgogne » pour 25 000 euros, l’affirme : « quand j’ai entamé mes recherches en 2003, il y avait très peu d’offres. Aujourd’hui, il y a en davantage ». La plupart des affaires proposées à la vente sont mal en point ou tournent au ralenti. Mais profiter de l’expérience du cédant peut s’avérer fort utile car le marché est moins facile qu’il n’y paraît. Difficultés à trouver du personnel qualifié dans certaines activités (ex : la petite enfance), nécessité de se faire connaître auprès des prescripteurs et des collectivités pour toucher la clientèle dans d’autres (ex : l’aide aux personnes âgées)… les contraintes varient selon le type de services proposés.

> L’indispensable agrément
Il existe deux types d’agrément ouvrant droit à des allègements de charges sociales pour l’entreprise et à une réduction d’impôt sur le revenu pour les clients. L’agrément « simple », facultatif, concerne les services de confort (entretien de la maison, préparation des repas…). Tandis que l’agrément « qualité », plus exigeant, est obligatoire pour les activités dédiées aux publics fragiles (personnes âgées dépendantes de plus de 60 ans, personnes handicapées dépendantes, enfants de moins de 6 ans). « Il est plus ou moins facile de l’obtenir selon les zones car les DDTEFP (directions départementales du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle) ont des politiques différentes », pointe Arnaud Maigre, directeur de Réseau +, spécialisé dans l’accompagnement des entrepreneurs de services à la personne.
A ce jour, 21 activités sont éligibles au titre de l’agrément.

> De nouveaux modèles économiques à inventer
Pour dégager des bénéfices substantiels et perdurer, il va falloir inventer des modèles économiques astucieux car le secteur devrait connaître un vaste mouvement de concentration. L’avenir rimera sans doute avec nouvelles technologies et formules d’abonnement pour assurer une récurrence du chiffre d’affaires. En attendant, pour rentabiliser le back-office (comptabilité, gestion, communication…), certains organismes ont diversifié leurs activités comme la société O2 qui a ajouté la garde d’enfants à ses prestations de ménage et repassage. « D’autres ont opté pour une organisation en réseau, histoire d’atteindre la taille critique », note Jean-Paul Vimont, directeur général adjoint de la chambre de commerce et d’industrie d’Alençon et auteur de l’ouvrage « Réussir sa création d’entreprise dans les services à la personne »*.
* Editeur : Wolters Kluwer France.

> Avis d’expert : Jacques Manardo, président de la fédération des entreprises de services à la personne (FESP)
« Il faut avoir une parfaite connaissance du métier car il est très particulier ». D’abord parce qu’on entre la sphère intime des gens. Ensuite, parce que les prestataires se heurtent à un problème culturel. « Les Français ont du mal à passer d’un culture industrielle à une culture de services. Ils ne sont pas encore prêts à payer le « juste » prix d’un service hormis pour le soutien scolaire ». Résultat : le travail au noir continue de gangrener le secteur. « On perçoit 10 % des sommes réellement versées par les Français pour du service à la personne ». Il faudra sans doute attendre encore de plusieurs années avant que les efforts déployés par le gouvernement pour solvabiliser la demande des ménages ne portent leur fruit.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Paris 2017