STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Secteurs

Le bâtiment : un secteur tentant mais risqué

Par Ann-Karen BARTOSZEWSKI

Publié le mercredi 26 mars 2008

Dans le bâtiment, tous les indicateurs sont au vert. En 2007, l’activité a ainsi augmenté de 3,5 % en volume et les prévisions pour 2008 sont optimistes. Par ailleurs, les organisations professionnelles parlent de 70 000 à 100 000 entreprises à reprendre dans les 10 ans. Une situation dont la presse se fait régulièrement l’écho. Résultat : les candidats à la reprise se ruent dans le secteur avec l’espoir de dénicher la bonne affaire. Sans être nécessairement conscient de ce qui les attend. En effet, le bâtiment, milieu réputé dur et rustique fortement touché par l’absentéisme et le turn-over, en a envoyé plus d’un sur la paille. De l’avis des experts, les repreneurs qui ne sont pas du métier ont de grandes chances de déposer le bilan, surtout s’ils rachètent une entreprise de dimension artisanale. 

> Faire preuve de mobilité
Les candidats à la reprise, qui cantonnent trop souvent leurs recherches à un périmètre géographique restreint, doivent faire preuve de mobilité. Autrement dit, quand un dossier tient la route, il ne faut pas avoir d’état d’âme et foncer même si l’entreprise est située à 400 km.
Enfin, ceux qui parviennent à trouver une cible intéressante ont tout intérêt à suivre une formation accélérée auprès d’un organisme dédié aux adultes (Afpa, Greta…), histoire de maîtriser les rudiments du métier et d’être crédible vis-à-vis des salariés, clients, fournisseurs et autres partenaires. 

> Avis d’expert
Claude Cutajar, secrétaire général adjoint de la Capeb 75 - Paris et Petite Couronne (syndicat des entreprises artisanales du bâtiment)
« Il ne suffit pas d’être issu d’HEC et bon gestionnaire pour faire tourner efficacement une très petite entreprise du bâtiment. Dans une microstructure, en effet, le repreneur sera obligé de mettre la main à la pâte. Car si trois personnes seulement sont présentes dans l’entreprise, et que l’une d’elle – en l’occurrence le repreneur – n’est pas productive, l’activité n’est pas viable économiquement. Moralité : quand on n’a pas fait ses gammes dans le bâtiment, il faut cibler une PME pour maximiser ses chances de succès ». 

> Avis d’expert
Christine Corde, chargée d’affaires au sein du cabinet de conseil Intercessio
« Il a pléthore de très petites boîtes à reprendre. En revanche, côté PME, les offres ne sont pas légion. On manque de bons dossiers, c’est-à-dire de dossiers relatifs à des entreprises structurées, présentant de bons fondamentaux financiers (rentabilité récurrente, trésorerie saine…), proposées à un prix cohérent par un cédant réellement vendeur. Et quand une belle opportunité se présente, il n’est pas rare qu’une entreprise familiale soit sur le coup. »

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Nantes 2016