STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Secteurs

La viticulture : un domaine d’activité singulier

Par Ann-Karen BARTOSZEWSKI

Publié le mardi 24 mars 2009

Surproduction, baisse de la consommation, ralentissement des exportations... ces dernières années, la filière viticole française souffre mille maux. Ce qui n’a pas empêché le prix des vignes de repartir à la hausse depuis 2006. En 2007, l’hectare de vigne AOC s’est vendu 95 300 euros en moyenne. Une moyenne qui cache toutefois de fortes disparités régionales, allant de 10 700 euros en Languedoc-Roussillon à 120 300 euros en Alsace. Reste que la crise économique mondiale pourrait entraîner un nouveau retournement de situation et faire fléchir les prix dans certaines zones. En attendant, avis aux amateurs : de nombreux exploitants cherchent déjà un successeur. Près de 10 000 ventes ont ainsi été enregistrées en 2007.

> Disposer d’un budget conséquent
Ceux qui s’imaginent déjà à la tête d’un domaine agrémenté d’un superbe château risquent fort d’être déçus. « Les exploitations comprenant à la fois des parcelles de vignes, des bâtiments d’exploitation et des bâtiments d’habitation se font rares », fait remarquer Robert Levesque. Sans compter que ces propriétés « tout en un » nécessitent un capital conséquent – de plusieurs centaines de milliers d’euros à quelques millions selon la notoriété - qui sera rentabilisé sur une longue période. La solution pour s’installer à moindres frais ? Acheter des parcelles de vigne et louer des locaux à proximité. Dans les villages, en effet, on trouve souvent d’anciens bâtiments que l’on peut réhabiliter pour l’activité du chai. Autre manière d’accéder à la propriété pour ceux qui n’ont pas de gros moyens : reprendre une entreprise à la barre du tribunal. L’acquéreur peut espérer économiser 1/3 environ de la valeur du bien.

> Un métier complexe
Le métier recouvre un large champ de compétences. Être viticulteur, c’est être à la fois cultivateur, éleveur, vendeur et gestionnaire. Et pour vendre ses vins au consommateur en direct à la propriété, il ne suffit pas d’être un bon technicien : il faut du charisme.
Mais dans cette activité, le plus compliqué, ce n’est pas la partie technique. La plus grosse difficulté se situe en effet au plan commercial. Entre les négociants, les cavistes, les cafés hôtels restaurants (CHR), la grande distribution, l’export, la vente sur la propriété, la vente par Internet… le repreneur a vite fait de s’éparpiller. Or, au niveau de la distribution, mieux vaut éviter la dispersion.

> Avis d’expert : Michel Remondat, fondateur du site d’information dédié aux professionnels du vin Vitisphère
« Le milieu viticole un microcosme. Il faut bien préparer son arrivée ». D’autant que le marché est poussif et concurrentiel. « Avant de se lancer, il faut avoir une idée précise de la manière dont on va faire son propre vin. Cela implique d’aller à la rencontre des vignerons pour s’imprégner de leurs connaissances et de leurs méthodes ». Une fois installé, le repreneur peut très bien recruter un ouvrier polyvalent compétent pour l’épauler. « On dit qu’il faut en moyenne un salarié permanent pour 10 hectares ». Autre solution pour se faire aider : faire appel à une équipe de consultants œnologues. « Ils vont conseiller et accompagner le vigneron pendant la culture et la vinification et procèdent aux analyses ». Coût de la prestation : 500 euros par mois environ.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Nantes 2016