STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Secteurs

Informatique : pour repreneurs avisés

Par Ann-Karen BARTOSZEWSKI

Publié le mardi 2 février 2010

Pression accrue sur les prix, cycles de décision plus lents, délais de paiement allongés, report de certains projets… Depuis quelques mois, les acteurs du secteur informatique font, eux aussi, les frais de la crise. Mais Tristan Monroe, responsable de la commission PME et vice-président de Syntec informatique, la chambre professionnelle des SSII et des éditeurs de logiciels qui fédère 1 000 entreprises réalisant plus de 80 % du chiffre d’affaires du secteur, se veut rassurant : « le secteur est régulièrement chahuté par les crises mais structurellement en croissance ». Il n’empêche, en cette période morose, les petites entreprises sont très fragilisées. « On peut s’attendre à ce que le nombre de procédures de liquidation et de redressement judiciaire augmente. Il y aura donc des affaires à saisir à la barre du tribunal », estime Tristan Monroe. Une piste à considérer sérieusement car en ce moment, parmi les petites boîtes saines, un certain nombre semble « surcotées » financièrement.

> 100 000 de CA par salarié
Si l’attentisme prévaut actuellement, faisant fondre le volume des transactions, les offres de cession n’ont pas pour autant disparu du paysage. « Le gros des annonces que nous publions concerne des SSII employant en moyenne 10 à 50 personnes et affichant un chiffre d’affaires compris entre 700 000 euros et 25 millions d’euros », analyse Rachid Kbiri Alaoui, PDG du site Hitechpros.biz. Il faut compter en moyenne 100 000 euros de chiffre d’affaires par salarié.

> 3 à 4 ans pour retrouver sa mise
Une PME informatique vaut 4 à 8 mois de chiffre d’affaires. « Pour les sociétés de services, c’est entre 3 et 6 fois l’EBIT (résultat d’exploitation avant impôts) », précise Tristan Monroe. La valorisation dépend notamment de la qualité des consultants, de la clientèle, du positionnement de l’entreprise et du niveau de sous-traitance. Concernant le retour sur investissement, visez 3 à 4 ans.

> Mieux vaut maîtriser les ficelles du métier
Est-il nécessaire d’avoir gravité dans le secteur pour réussir la reprise d’une PME informatique ? Les avis sont partagés. Rachid Kbiri Alaoui considère pour sa part que « ceux qui ne maîtrisent pas les ficelles du métier vont droit dans le mur ». Selon lui, « il est primordial de posséder un portefeuille de relations dans le milieu car beaucoup de contrats se concluent entre confrères. Aujourd’hui, 50 % des affaires réalisées le sont en sous-traitance ». Jean-Claude Krikorian, délégué de l’association Cédants et repreneurs d’affaires (CRA) qui a fait toute sa carrière dans l’informatique, se montre plus nuancé : « certaines activités sont plus accessibles que d’autres », précise « A titre d’exemple, il ne faut pas se lancer dans l’ingénierie si on n’a pas d’associé issu du milieu. En revanche, l’édition de logiciels ou encore l’entretien de réseaux ne présentent pas de difficultés majeures ».


Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Paris 2017