STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Parcours

Un repreneur qui fait feu de tout bois

Par Laurent BIGOT

Publié le mardi 6 novembre 2007


« J’ai toujours voulu diriger ma propre entreprise », confie Thierry Rousseau, 43 ans, le repreneur et désormais Pdg de Brisach, le fabriquant de cheminées. Pourtant ce sont des responsabilités de directeur financier, secrétaire général et directeur général pour Bouygues Construction France qui vont absorber, pendant dix ans, ce Lyonnais diplômé en contrôle de gestion. « J’ai ensuite voulu quitter l’univers des grands groupes, une magnifique école où l’on apprend à se comporter en eaux troubles mais où on finit par ne plus faire que de la politique ! » En 2000, un cabinet lui propose la présidence de la société de software Qualiac, à Aurillac. Une mission réussie qui lui entrouvre les portes d’un premier rachat… manqué. Dans la foulée, en octobre 2003, un ami avocat d’affaires lui propose le dossier Brisach.

> La reprise
« Ce fut long et psychologiquement difficile », confie le repreneur au sujet de la période d’évaluation, de négociation et de montage financier. Pour le prix, un multiple de l’EBIT corrigé de la dette nette permet de faire une première proposition en janvier 2004, avant d’emporter l’accord des propriétaires sur un montant supérieur de 12%. « Ce que j’ai négocié prioritairement, explique Thierry Rousseau, c’est l’exclusivité des tractations ! » Histoire de ne pas faire l’objet de pressions inutiles. Quant au montage juridique et financier… « Nous avons repris à 50/50, mais notre apport personnel ne dépasse pas 10% du total (avec caution personnelle), nous avons pu utiliser les bâtiments pour effectuer un lease back sur 12 ans ; les banques, elles, ont absorbé le reste de la dette senior. »

> Point de vue du repreneur
Thierry Rousseau s’est associé à Michel Bruchon, directeur financier de 60 ans, expert comptable de formation. Un associé rassurant : « J’avais besoin d’un alter ego, de courage aussi, face à ce dossier difficile. » D’ailleurs, quand, le 13 juillet 2004, à midi, les deux associés se retrouvent seuls aux commandes ils doivent par eux-mêmes se présenter au personnel. « Dans ces moments, on est content d’être deux. Surtout quand, en prime, on découvre plusieurs « cadavres » dans les placards. »

> L’entreprise cible
Créée en 1961 par un artisan fabriquant de cheminées qui lui a donné son nom, la société René Brisach a été l’une des premières à industrialiser sa production. Ceci pour les cheminées à feu ouvert, puis pour les foyers fermé. Mais, depuis sa reprise par trois fonds d’investissement en 1995, elle a cessé de se développer. En 2004, lors de sa cession, elle compte 240 salariés pour 29 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le siège et l’usine de fabrication se trouvent à Sainte-Maxime (35 000 m² de bâtiments sur 50 000 m²). Le groupe compte deux autres sites, à Lectoure, dans le Gers (cheminées haut de gamme sur mesure), et à Castillon-du-Gard (carrière et premières transformations).

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Nantes 2016