STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Parcours

Reprise par son Pdg

Par Laurent BIGOT

Publié le lundi 29 octobre 2007

> Avant reprise
Après plusieurs expérience de cadres (service études de Spie Batignolles, service méthodes de Citroën), Pierre Marol, 52 ans, ingénieur formé à l’Ensta, a d’abord tenté de reprendre une PME fabricante de moule pour l’injection plastique : « Ce fut un échec car le business plan n’était pas crédible », raconte-t-il. Il est alors entré à la CGP, filiale d’Alstom aujourd’hui appelée Alstef : « Devenu directeur du site en 1996, j’ai lancé la manutention de bagage pour les aéroports… Puis, quand Alstom s’est retiré et nous a vendu (Alstef et Alstec, sa consoeur britannique) à un investisseur, je suis devenu Pdg du site français : j’ai alors tout fait pour le rendre le plus autonome possible, techniquement et financièrement (cautions bancaires) et anticiper une éventuelle opportunité de reprise. » L’occasion s’est présentée six ans plus tard, en 2006. 

> Le cadre de la reprise
« Pour valoriser Alstef, je me suis fondé, avec l’aide de la banque, sur la capacité de remboursement de la dette sur cinq à six ans, via le cash flow généré », explique Pierre Marol. Pressé, le vendeur n’a pas trop négocié. Le repreneur a alors partagé la dette entre deux banques et les parts du holding de reprise entre lui (50,1%), cinq autres membres de la direction (25%) et… le personnel (25%). « Tout le monde me l’a déconseillé, se souvient-il. mais c’était pour moi un acte de management, surtout pour une équipe qui comprend une cinquantaine d’ingénieurs et des salariés très attachés au projet d’entreprise. » 

> Point de vue du repreneur
« De 140 salariés et 20 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2005, nous sommes passés à 160 salariés et 30 millions d’euros en 2006 et visons les 40 millions pour 2007 », se félicite Pierre Marol. Selon lui, ce sont les jalons posés en anticipation de cette reprise « interne » qui portent aujourd’hui leurs fruits, en particulier pour les marchés aéroportuaires. « L’exemple de notre technologie de sécurisation et de traçabilité du convoyage de bagage DCV est parlant sur ce point : en 2007, nous l’avons installé à Toulouse, vendu à Dubaï (Emirates) et à aussi Montréal… ». Alstef vient même de créer sa propre filiale au Canada. 

> L’entreprise cible 
Alstef (160 personnes et 30 ME de CA), basée à Orléans, est concepteur-ensemblier de systèmes automatisés de manutention et de stockage grande hauteur de palettes, pour le secteur logistique, et de systèmes de convoyage, tri et contrôle de bagages, pour le secteur aéroportuaire. Créée en 1961, la CGMS (Compagnie générale de manutention et de stockage) a été rachetée par Alstom en 1978, pour devenir la CGP (Compagnie générale de productique) en 1984 et Alstom Automation en 1994.
Partie prenante d’un nouveau groupe, Alstec, lors de la cession (LBO) par Alstom au fonds britannique Gresham, en 2000, elle devient Alstef Automation. Puis elle intègre de nouveaux locaux en 2002 (2000 m² de bureaux et 1600 m² d’ateliers). Elle vise un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros d’ici trois ans, réalisé à 60% dans un secteur aéroportuaire en forte croissance (trafic en hausse, renforcement de la sécurité), grâce, notamment, à sa technologie DCV (Destinated coded vehicle) qu’elle est l’une des deux seules sociétés à maîtriser dans le monde.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Marseille 2016