STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Interviews

« Le repreneur doit bien faire attention au taux d'actualisation »

Interview de Rémi Paliard, professeur de finance d'entreprise à EM Lyon et consultant en évaluation d'entreprise

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 14 avril 2009

Vous expliquez que l’une des difficultés, pour le repreneur, dans le processus d’évaluation est que la négociation sur le prix intervient à un moment où il ne dispose d’informations encore que partielles sur la cible…
Le vendeur propose un prix qu’il a construit avec ses conseils et à ce moment-là, le repreneur n’a comme informations que les données financières, qu’il a pu trouver sur des bases de données. Les discussions qu’il a eu avec le vendeur qui sont en général pleine de silence car ce dernier cherche à ne pas trop se dévoiler. Le plus souvent, il n’a encore construit un prévisionnel. Alors qu’une bonne évaluation se fait sur la base d’un prévisionnel. Dans ce paradoxe où l’on est obligé de proposer un prix alors que l’on a pas encore véritablement les moyens de déterminer une valeur, nous trouvons deux types de repreneurs : ceux qui sont dans la même branche que la cible et ceux qui n’y sont pas. Cela change tout. Les premiers sont d’une part plus crédibles pour le vendeur et d’autre part mieux armés pour faire une extrapolation intelligente de ce que peut devenir l’entreprise dans leur main. Deux repreneurs en compétition pour une même affaire peuvent être amenés à proposer un prix très différent, car ils ont une capacité à estimer la valeur qui repose sur leur expérience et connaissance du métier. Celui qui connaît le secteur sera beaucoup plus attentif aux facteurs de risque, saura quelles sont les marges de progrès, etc.

Quel est votre avis sur la méthode du goodwill ?
La méthode du goodwill est tout à fait valable en soi, mais les problèmes viennent de la façon dont les évaluateurs s’en servent. Cette approche est très intéressante parce qu’elle facilite la négociation de par sa construction même. Mais le problème est qu’elle est souvent utilisée en prenant un taux d’actualisation beaucoup trop bas ; notamment par l’utilisation d’un taux sans risque, ce qui est une erreur fondamentale. Cette erreur vient d’une mauvaise traduction d’une pratique américaine. Cette utilisation d’un taux de rendement insuffisant, qui ne reflète pas le niveau de risque, génère la surévaluation. Le repreneur qui est informé de cet état de fait peut facilement reconstruire en disant au cédant qu’il accepte ses hypothèses opérationnelles, mais qu’il conteste formellement son taux de rendement attendu comme tenu de la situation. Lorsque l’on change le taux, cela change fortement le niveau du goodwill, et souvent on bascule en badwill. Il s’agit donc d’un mauvais usage d’une bonne méthode

En matière d’évaluation, quels conseils pouvez-vous délivrer aux repreneurs ?
Mon premier conseil est de bien faire attention au copié-collé des valorisations boursières sans pratiquer une décote de taille. Attention également aux références de transaction, car on a connaissance que du prix facial mais on ne connaît pas toutes les clauses de garantie, de complément de prix, etc. Le repreneur peut donc être fortement induit en erreur par le seul prix facial. Enfin, attention au taux d’actualisation. Une espérance de rendement normal pour une PME, ne présentant pas de risque particulier, est de l’ordre de 15 à 16 %. Alors que les taux d’actualisation que je vois dans les dossiers préparés par les experts comptables sont, soit sans risque à 5 %, soit un taux risqué à 9 ou 10 %, comme si l’entreprise était côté en Bourse et réalisait un milliard de chiffre d’affaires ! Si vous actualisez à 10 au lieu d’actualiser à 15, cela peut changer la valorisation quasiment de moitié.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Nantes 2016