STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Interviews

« Nous n’assistons pas à une véritable baisse des prix »

Interview de Jean-Marc Eyssautier, expert-comptable, président de la commission transmission au Conseil régional de l’ordre des experts comptables de PACA

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mercredi 9 septembre 2009

Quelle est la réaction des cédants et des repreneurs depuis le début de l’année en PACA ?
Depuis le début de l’année, l’activité s’est gelée. Parmi les cédants qui souhaitent vendre pour poursuivre une autre activité, et il y en a de plus en plus, beaucoup se disent « je connais la valeur de mon entreprise, mais je ne sais pas ce que je vais trouver ailleurs ». Donc, ils attendent. Une majorité de repreneurs potentiels ne sont pas incités à agir alors qu’ils constatent que plus rien ne se passe en terme d’achat et de vente. De plus, les conseils, comme les experts comptables, ne vont pas pousser les gens malgré eux dans la reprise d’entreprise alors que les tableaux de bord des entreprises vacillent. Il est vrai que les blocages sont pour une large part d’ordre psychologique. Tout le monde demeure sur ses positions.

Quelle est votre analyse de l’évolution des prix de cession ?
À l’inverse d’un secteur comme l’immobilier, nous n’assistons pas à une véritable baisse des prix de cession. Nous trouvons certes une catégorie de cédant qui pour diverses raisons souhaite vendre rapidement. Dans ce cas de figure, du fait de la conjoncture, le prix peut être attractif pour le repreneur. Mais beaucoup de cédants, ayant sans doute une vision à plus long terme, maintiennent les prix de vente. Et si le prix négocié ne leur convient pas, la transaction ne se fait pas. C’est souvent le cas dans les opérations de cession de PME d’une certaine importance.
Les bilans 2009 ne vont pas forcément influer de façon déterminante sur le niveau des valorisations. En effet, beaucoup d’entreprises disent qu’elles vont mal du fait de la crise, mais simplement, car leur progression est moindre que celle de l’année précédente. Les entreprises bien structurées maintiennent leur activité. Certaines PME vont afficher des résultats en hausse sur 2009, mais celles-ci préfèrent alors communiquer de façon très discrète.

Sur quel point attirez-vous l’attention de vos clients repreneurs ?
Le conseil principal que nous donnons à nos clients est qu’aujourd’hui, il ne faut pas se lancer dans des secteurs que l’on ne maîtrise pas. Car une bonne connaissance d’un métier s’acquiert sur de nombreuses années. Surtout, il ne faut pas que le repreneur se presse. Il vaut nettement mieux laisser passer une affaire et perdre six mois que d’acquérir une mauvaise cible. L’acheteur doit se montrer encore plus prudent qu’auparavant. En période de croissance économique, certaines erreurs, comme le fait de payer trop cher la cible, pouvaient se rattraper par la progression probable des résultats de l’entreprise rachetée. Aujourd’hui, une erreur de ce type peut ne pas pardonner.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Paris 2017