STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Interviews

« Il y a beaucoup d’acheteurs pour un nombre limité de PME réellement reprenables, donc on se retrouve avec des prix qui augmentent fortement »

Interview de Grégoire Buisson, président d’Epsilon Research

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mercredi 14 mars 2018

Vous venez de publier, pour le compte du CNCFA, le « Baromètre de la transmission de PME en France ». Qu’en est-il de ce marché pour l’année 2017 ?

En 2017, le marché européen et mondial est très favorable aux opérations de M&A. Nous sommes dans une phase de cycle clairement ascendant. Tous les astres sont alignés pour que le marché M&A se trouve dans une bonne dynamique : taux d’intérêt, liquidités abondantes, bilans assainis du côté des acheteurs, record de dry powder (de fonds à investir) pour les fonds en général et pour le capital transmission en particulier, etc. Toutefois, nous constatons une stagnation des opérations de cession sur le marché des PME. Ce marché est donc stagnant par rapport à ce qu’il devrait être, eu égard à la conjoncture. Il n’y a pas un problème d’offres de capitaux, car les acheteurs et les fonds sont là, mais il y a une insuffisance de l’offre des entreprises à céder.

 

Quelles sont les raisons de cette stagnation du marché de la transmission des PME ?

La structure du parc des PME n’a pas évolué depuis 10 ans, ceci se combinant avec un vieillissement des dirigeants. Au final, il n’y a pas assez, sur le marché, d’entreprises se trouvant en état d’être reprises.. Est-ce toujours une conséquence de la crise avec des marges qui n’ont pas été encore suffisamment reconstituées ? Pour que l’entreprise soit reprise, il est important qu’elle présente un potentiel de croissance. Si l’entreprise a connu durant plusieurs années des marges faibles, un niveau d’investissement insuffisant, cela la rend moins cessible. De plus, l’entreprise peut se trouver en situation de ne pas pouvoir être reprise du fait du niveau de prix demandé par le dirigeant. Le tissu de PME est aujourd’hui fragilisé. Une partie trop faible du parc de PME est en état d’être reprise. La stagnation du nombre de transactions dans une économie qui devrait pourtant voir augmenter fortement le nombre de deals est lié, pour partie, à la fragilité du parc de PME. Certains analystes estiment que la réforme de la fiscalité de l’ISF va avoir un effet très positif sur le marché.

 

Les fonds de capital transmission ont pourtant de l’argent, et même beaucoup d’argent…

Selon moi, une des questions importantes est de savoir comment faire en sorte que l’argent du capital-investissement, et il y en a beaucoup, ne viennent plus uniquement nourrir les deals des mêmes sociétés et qu’il soit possible de faire entrer dans le cercle de ce financement des PME qui aujourd’hui n’y ont pas accès. Le problème ne vient donc pas des acquéreurs, mais des difficultés que peuvent rencontrer les PME qui sont à transmettre. Il y a donc du travail à mener à ce niveau notamment en termes de préparation, en termes de consolidation économique.

 

Comment expliquer que les prix ne cessent d’augmenter depuis quelques années ?

Par manque de connaissances économiques et financières, beaucoup de dirigeants ont une mauvaise approche de la valorisation de leur entreprise ce qui va faire échouer des deals ou les retarder inutilement, car les prétentions des vendeurs sont en fort décalage avec le marché. La très grande majorité des conseils, auprès desquels nous menons une étude, nous disent que les chefs d’entreprise ne sont pas prêts pour la cession lorsque cette question se pose. Par ailleurs, la difficulté pour les repreneurs personnes physiques vient de la rareté de l’offre de PME réellement reprenables. Dès lors, il y a beaucoup d’acheteurs pour un nombre limité d’actifs, donc on se retrouve avec des prix qui augmentent fortement. Ces dernières sont alors soumises à une forte concurrence entre repreneurs et notamment des acheteurs corporate qui sont souvent mieux positionnés.

 

Qu’en est-il des transmissions intra familiale sur cette année 2017 ?

En France, la part des transmissions intra familiale demeure relativement faible par rapport à des pays comme l’Allemagne ou l’Italie, avec un taux de seulement 25 %. Cela est du à un ensemble de raisons d’ordre culturel, économique et fiscal, mais il n’existe pas d’étude approfondie pour expliquer cet état de fait.  Donc, en France, la transmission d’entreprise se fait essentiellement par la cession. Chaque année, la part du capital transmission small cap est très importante par rapport aux autres pays européens et ce, en part relative, en nombre de deals et en valeur. Nous sommes sur ce plan particulièrement dynamiques. Il s’agit là du pendant du faible taux de transmission intra familiale. On constate clairement le dynamisme du marché du capital transmission et du M&A.

 

Pensez-vous que ce marché de la transmission puisse progresser en 2018 ?

Pour 2018, on peut se montrer tout de même optimistes. Les marges commencent à se redresser. Du côté des acheteurs, tous les voyants sont au vert. Les fonds continuent de lever tellement d’argent que je ne sais même pas comment ils vont investir ! Tout est bien orienté sur le plan économique, fiscal, de confiance des entrepreneurs. Mais, nous allons toujours buter sur l’état du parc des PME. Mais le nombre d’opérations devrait augmenter.

 

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE SDE NANTES 2018