STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Interviews

« La fiscalité est devenue le principal problème pour le marché de la transmission »

Interview de Grégoire Buisson, président d’Epsilon Research

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 8 janvier 2013

Quand l’étude BPCE parvient à un total de 6 115 cessions-transmissions de PME de 20 à 249 salariés sur 2011, votre baromètre  CNCFA / Epsilon Research en annonce 5 050. D’où vient cette différence ?

Il y a plusieurs éléments que l’étude BPCE considère comme une cession alors qu’il s’agit selon nous davantage d’opérations de réorganisation du capital que, donc, nous ne comptabilisons pas. Il s’agit des fusions, des locations-gérances, des transferts universels de propriété ou encore des apports partiels d’actifs. Par ailleurs, la difficulté réside dans le fait que les cessions par vente de parts sociales ou d’actions ne sont que peu recensées dans les bases de données. Nous procédons donc à des estimations. Au final, on peut considérer que notre marge d’erreur est d’environ 10 %. Il est aujourd’hui difficile de se montrer plus précis.


Quelle est l’importance du critère de l’âge du dirigeant dans le processus de cession ?

Il est vrai que sur le segment que nous étudions, les PME de 20 à 249 salariés, l’âge demeure un critère important. Le taux de cession peut varier du simple au double en fonction de l’âge du dirigeant. Toutefois, il apparaît qu’avec les nouvelles générations de dirigeants, la cession de l’entreprise est de moins en moins liée au départ en retraite du chef d’entreprise. Elle devient davantage un acte normal de gestion.

Quelle est la spécificité du marché français de la transmission par rapport aux autres marchés européens ?

Même si, comme le montre bien l’étude de BPCE, le taux de transmissions intrafamiliales est bien plus important que ce que laissait supposer les études antérieures, il reste bien inférieur à celui d’autres pays européens. Dans certains pays, ce taux est deux fois plus élevé qu’en France. Chez nous, les transmissions se font majoritairement par cession. Quand pour diverses raisons ce marché baisse, l’impact est d’autant plus important. C’est notamment pour cette raison que la France dispose d’une industrie du capital investissement, dont le capital transmission,  qui est la plus développée de la zone euro.


Qu’en est-il de l’évolution du marché ?

Le marché que nous mesurons, qui est celui des fusion-acquisition des PME de moins de 50 millions d’euros, enregistre une baisse de 20 % depuis 2010. Sur les trois premiers trimestres 2012, la valorisation des PME a enregistré un recul de 18 % par rapport à la même période l’an passé, et ce, après deux années de hausse des multiples. Sur 2013, l’attentisme va prévaloir. Nous constatons aujourd’hui que nombre d’opérations sont gelées. Par ailleurs, nous voyons, suite à notre questionnaire envoyé aux cabinets de rapprochement, que cette année la fiscalité est devenue le principal problème pour le marché de la transmission.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE SDE 2018