STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Interviews

« Il ne faut surtout pas sous-estimer les financements nécessaires »

Interview de Eric Zglinicki, responsable du département évaluation chez Oséo

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 4 décembre 2007

Le PCE (prêt à la création d’entreprise) intéresse-t-il les repreneurs ?
En 2007, 15 % des 25 000 PCE accordés concerne des reprises. Ce prêt est destiné aux investissements immatériels, ces dépenses qui sont difficiles à financer par des prêts bancaires classiques. En matière de transmission, je pense notamment au financement des droits.
Il n’existe pas de seuil de programme. Mais du fait du montant du PCE, de 2 000 à 7 000, il concerne essentiellement les petites opérations. L’objectif d’Oséo, sur ce produit, est de donner un coup de pouce.
Le repreneur doit également connaître le contrat développement transmission peut aller jusqu’à 240 000 euros. Ces prêts représentent, en règle générale, 40 % des financements mis en place pour une opération. Ici, la région s’engage à nos côtés et a donc également un pouvoir de décision. La région analyse le dossier par rapport à ses propres priorités économiques, par exemple les transmissions d’entreprises industrielles. Pour notre part, nous apportons notre vision d’experts financiers.

Quels sont vos critères concernant la garantie de prêt ?
Chaque année, Oséo accompagne environ 4 000 transmissions d’entreprise en terme de garantie. Nous examinons l’expérience du repreneur, nous essayons de voir si son profil est en phase avec l’entreprise reprise. Nous regardons les comptes de la cible. Lorsque l’on a analysé la rentabilité de l’entreprise et le plan de financement, nous cherchons à savoir s’il y a une adéquation entre la capacité de remboursement de la cible et les financements nécessaires. Quant à la décision, nous nous trouvons en deuxième rideau : pour qu’il y ai garantie, il faut qu’il y ai prêt bancaire. Certes, nous ne donnons pas de délégation aux banques, mais nous avons un tel partenariat avec elles, qu’il n’y a pas de conflit pour les décisions sur les dossiers. Souvent la banque a besoin d’un deuxième regard. Dans des secteurs comme l’hôtellerie, par exemple, nous possédons une expertise technique reconnue. La banque va nous solliciter en amont et nous allons réfléchir avec elle au meilleur montage que l’on peut proposer au repreneur.
Nos partenariat avec les régions nous permettent, sur des dossiers plus difficiles, de majorer la quotité garantie, jusqu’à 70 %. Grâce à cette garantie complémentaire, des dossiers qui ne l’étaient pas vont alors devenir finançables. Les banques raisonnent en terme de plafond de risque unitaire et le fait d’augmenter la quotité garantie va faire que le dossier va rentrer dans des grilles de décision. Grâce à nous, un montage qui pouvait paraître difficile à un banquier va devenir possible. Il y a peu de rejets de la part d’Oséo sur les dossiers, mais nous pouvons discuter des modalités avec les banque et apporter des aménagements. Car notre objectif est que les opérations aboutissent.

En terme de financement, quels conseils pouvez-vous donner au repreneur ?
Le repreneur se doit d’être prudent et ambitieux. Si une reprise nécessite des progressions d’activité très importantes pour réussir, il ne s’agit pas d’un pari forcément raisonnable pour le repreneur. Mais il faut être ambitieux et savoir mettre les ressources où cela se révèle nécessaire. Il s’agit là de la vocation d’Oséo. Au départ, il ne faut pas minimiser les coûts. Souvent, dans le but de rassurer le banquier, le repreneur ou le créateur n’évoque que les besoins pour financer l’opération de reprise ou de création et ne parle pas des dépenses immatérielles. Il vaut mieux prévoir l’imprévu et l’intégrer dans le plan de financement. Il ne faut surtout pas sous-estimer les financements nécessaires car les rallonges, quelques mois plus tard, sont beaucoup plus difficile à obtenir.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Paris 2017