STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Interviews

« Il faut que les dirigeants comprennent que transmettre fait partie des actes de gestion. »

Interview de Christophe Bernard, directeur national du développement de KPMG Entreprise

Par Cyril ANDRÉ

Publié le vendredi 23 mai 2008

Quels sont les points saillants de l’étude que vous avez dirigée, intitulée « risques et opportunités de la transmission des entreprises industrielles » ?
Le point marquant est le constat du gros décalage qui peut exister en France par rapport à l’étranger sur la transmission familiale. Nous constatons que nous sommes à moins de 10 % en France contre plus de 50 % dans des pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou l’Italie. Nous avons donc un modèle de transmission des entreprises qui est fondamentalement différent.
Les entreprises ne sont pas suffisamment préparées à des possibilités de transmission. D’un point de vue psychologique, les chefs d’entreprises d’autres pays européens sont beaucoup plus ouverts. Le sujet est plus difficile à aborder en France et les entreprises ne sont pas forcément prêtes à la transmission. Ces dernières se font souvent trop rapidement.
Les dirigeants ne se préoccupent pas de la transmission suffisamment tôt. Il s’agit d’un sujet qui demeure tabou dans le monde de la PME en France aujourd’hui. Il faut vraiment faire comprendre que transmettre fait partie intégrante du métier de dirigeant.

Que peuvent faire les pouvoirs publics sur ce plan ?
Ce qui me paraît particulièrement important est de déclencher une logique de préparation. Il faut que les dirigeants se rendent compte que transmettre fait partie des actes de gestion. C’est ce que l’on a nommé dans nos propositions l’amélioration de la transmissibilité des entreprises avec un accompagnement à monter. Le ministère de l’Économie a des propositions à formuler en la matière.

Quelles sont vos autres propositions ?
Une autre de nos propositions est de stimuler un vivier de repreneurs présents dans l’entreprise. Il faut probablement alléger la fiscalité, mais surtout la simplifier afin de la rendre plus accessible à tous. Par ailleurs, les chambres de commerce sont probablement légitimes pour aider aux transmissions, encore faut-il aujourd’hui leur en donner les moyens, notamment en terme de bonnes pratiques.
La dernière proposition est d’aider au financement d’un projet de reprise. Nous avons proposé de créer une société publique d’investissement qui pourrait faire office de bailleur de fonds. Il faut faire en sorte que l’accès à la finance de rachat soit plus facile que ce qu’elle n’est aujourd’hui. Sur ce plan, alors qu’en France, il y a plus de 90 % d’entreprise à transmettre non familialement, il n’y en a que 35 ou 40 % à l’étranger. L’enveloppe globale de financement étant probablement la même à l’étranger, mais avec deux fois moins de repreneurs extérieurs cherchant des financements. C’est forcément plus facile.
Le plus pertinent est d’améliorer la préparation de la transmission. La vraie évolution peut venir de là. Le ministère est très partant sur ce plan. Hervé Novelli a beaucoup travaillé ce rapport avec ses équipes. Les choses bougent.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Paris 2017