STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Interviews

« Pour les repreneurs, c’est le moment de se positionner »

Interview de Christine Corde, chargée d’affaires au sein du cabinet Intercessio, spécialisée dans le secteur du bâtiment

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mardi 5 mai 2009

Quelle est votre appréciation du marché de la reprise, dans votre secteur, aujourd’hui ?
Nous voyons beaucoup d’entrepreneurs assez désemparés qui éprouvent le besoin de se raccrocher à des éléments tangibles. Sur mes dossiers, je constate que les groupes ont une nette tendance à reporter toute décision en matière de croissance externe. Ils n’ont pas de problème de trésorerie, mais ils manquent de visibilité. Ils n'agissent que s’il se présente à eux une opportunité particulièrement intéressante ou s’ils ont un besoin impératif de racheter.
Concernant les repreneurs personnes physiques, il est indéniable que la crise opère une véritable sélection naturelle. Ils sont beaucoup moins nombreux qu’auparavant à entrer en contact avec des cédants. Demeurent en piste ceux qui sont le plus fort psychologiquement. D’autres restent également dans le circuit, soit qu’ils arrivent en fin de droit et doivent bien nourrir leur famille, soit qu’ils se sentent menacés de licenciement dans leur entreprise actuelle. Mais la majorité des repreneurs ne fait qu’observer le marché, car s’ils possèdent une certaine visibilité sur 2009, ils n’en ont aucune sur 2010.Il est vrai que pour reprendre aujourd’hui, il faut être hors norme et savoir surmonter l’atmosphère de défiance ambiante.

En cette période particulière, que conseillez-vous aux repreneurs ?
Aujourd’hui, le principal frein est de nature psychologique. Le financement bancaire s’est débloqué par rapport à l’automne dernier. Je pense que pour les repreneurs, c’est le moment d’y aller, car ils trouveront des aides et du financement, mais il ne faut pas qu’ils s’attendent à une baisse importante des valorisations des entreprises saines. De plus en plus de ventes s’opèrent avec le mécanisme d’earn out. Les ratios de ces derniers changent et leur montant devient plus important. Il s’agit bien d’atténuer les risques. De même, les banques mutualisent de plus en plus le risque en formant des pools. Il est probable qu’un mouvement de reprise s’amorce à la rentrée, en septembre. Beaucoup se diront : « j’ai perdu un an, il faut agir ». Il est donc important de bien se positionner dès aujourd’hui sur les dossiers pour être prêt en septembre.

Quel est l’état d’esprit des cédants ?
Les cédants avec qui je suis en contact ont généralement un carnet de commandes satisfaisant et déclarent qu'ils ne sont pas directement touchés par la crise. D’ailleurs, ils comprennent mal la peur des autres. Beaucoup de PME sont encore protégées. Ces entreprises saines qui ont un résultat récurrent ne sont pas amenées à baisser leur prix de cession.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Marseille 2016