STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - Interviews

« Un élément marquant est que cette croissance externe des PME se cumule avec une baisse de rentabilité et de productivité donc une fragilisation de l’entreprise »

Interview de Alain Tourdjman, directeur des études économiques du groupe BPCE

Par Cyril ANDRÉ

Publié le mercredi 22 février 2017

Vos travaux permettent notamment d’appréhender l’évolution du tissu des PME. Quelle est-elle sur ces dernières années ?

L’écosystème des PME est particulièrement foisonnant avec de 20 à 25 % de nouvelles entreprises de ce type tous les 3 ans. Ce renouvellement se fait par création et par transformation de TPE en PME. Nous constatons également un fort flux de sortie, qui n’a d’ailleurs pas considérablement augmenté durant la période de crise. Le solde est très légèrement négatif durant la crise et très légèrement positif en dehors de cette période soit par disparition, soit par le fait que des PME redeviennent des TPE.

Au final, le nombre de PME et d’ETI est quasiment stable sur 10 ans avec une très légère progression de 0,3 % par an. Nous constatons tout de même tout de même une progression sensible du nombre des petites PME de 10  à 19 salariés. Le diagnostic global n’est donc pas très positif. Les PME qui croissent vont, pour l’essentiel, compenser la disparition d’autres PME. Dans près de la moitié des cas, en particulier au-delà de 50 salariés, le changement de taille des PME s’opère par croissance externe.

La barrière à l’entrée pour ce type de travaux sur les PME est de se constituer une base qui permet ensuite de travailler. Cette base intègre toutes les entreprises qui ont été au moins une fois une PME au cours de la période étudiée, à savoir 2003 à 2014. Constituer et organiser cette base, afin d’obtenir les résultats recherchés, a représenté un travail de grande ampleur. Il s’agit aujourd’hui d’un travail sans équivalent.

 

Quelle est l’appréhension, aujourd’hui, de la notion de croissance, notamment de croissance externe, par les dirigeants de PME ?

Aujourd’hui, la question de la croissance se pose différemment. Le fait de croître n’est plus économiquement une évidence dans un univers où le quantitatif n’est pas toujours la bonne réponse, mais davantage le qualitatif. Nombre de dirigeants associent à la croissance des dimensions qualitatives comme adaptation, transformation, innovation. Le sujet aujourd’hui est moins de croître que de rester dans la course. Pour cela il faut s’adapter et se transformer. Croître n’est que l’une des modalités possibles de l’adaptation de l’entreprise à un environnement  incertain et volatil. Encore une fois, aujourd’hui l’objectif est moins la croissance que la pérennité.

La croissance n’est donc plus l’objectif premier mais que l’une des modalités pour assurer la survie et la pérennité de l’entreprise. Mais les dirigeants ont toutefois toujours une forte sensibilité à l’idée de la croissance externe.

 

Comment s’inscrit la croissance stratégique, ou externe, dans le cycle de vie d’une PME ?

En règle générale, dans le cycle de vie de l’entreprise, nous constatons d’abord une croissance naturelle puis une phase de stabilisation et ensuite, parfois, une phase de croissance stratégique qui peut passer par de la croissance externe. Cette croissance stratégique s’opère souvent au seuil des 50 puis des 250 salariés. Un élément marquant est que cette croissance externe des PME se cumule avec une baisse de rentabilité et de productivité donc une fragilisation de l’entreprise.

Un dirigeant qui choisit de faire de la croissance stratégique peut être confronté à une fragilisation de son entreprise. Il sort d’une zone de confort pour atteindre une taille critique.

 

La stratégie des dirigeants de PME, en termes de croissance, ne pêche-t-elle pas par une prudence excessive ?

Depuis une quinzaine d’années, les PME sont fragilisées économiquement ; une fragilité qui a été considérablement accentuée avec la crise puisque les PME ont fait le choix de préserver leur capital humain et de subir assez frontalement la baisse de l’EBITDA. Leur principale réponse à une rentabilité économique affectée a été de chercher un rééquilibrage par une consolidation financière qui leur permet sur le plan bilanciel de retrouver une certaine solidité. Les entreprises les plus fragiles, souvent les plus petites, ont augmenté considérablement leurs fonds propres et ont réduit  nettement leur levier d’endettement. Sur quinze ans, celui-ci a été divisé par deux pour les PME. La stratégie financière a servi cet objectif premier qui a été d’assurer la pérennité. On peut se demander s’il n’y a pas un excès de prudence de la part des dirigeants de PME. Cette prudence correspond à une rationalité économique dans un environnement très volatil.

De plus, il y a clairement une corrélation entre aspirations à la consolidation et l’âge moyen des dirigeants qui progressent. Le problème est que nous partons d’une situation où les entreprises françaises sont globalement de petites tailles par rapport à leurs consoeurs européennes. Elles ne font donc pas assez d’économie d’échelles pour innover, investir, s’internationaliser, etc. Sans économie d’échelle, le potentiel de croissance est plus limité.

 

Comment anticipez-vous les stratégies de croissance des PME à court et moyen terme ?

A court terme, nous notons depuis le milieu de l’an passé un arrêt de la restauration des comptes des entreprises. Cela est visible notamment sur les plans du taux de marge et du taux d’épargne des entreprises. Dans le même temps, les enquêtes sur l’investissement sont assez peu rassurantes concernant 2017. A moyen terme, il faut noter les points positifs. Les entreprises sont tout de même consolidées et financièrement plus fortes. Elles ne se sont pas dessaisies de leur capital humain, elles possèdent, dès lors, une vraie capacité de rebond.

Le premier sujet de moyen terme est l’impact du vieillissement des dirigeants, car il y existe une vraie corrélation entre vieillissement et ralentissement du métabolisme des entreprises. Le deuxième sujet est de recréer une visibilité de rentabilité économique pour qu’elles se relancent dans une logique de croissance. Elles ont besoin d’être rassurées sur leur avenir économique pour sortir de leur prudence bilancielle et financière dans lesquelles elles se sont en partie réfugiées. Il faut un rétablissement des comptes plus marqué à moyen terme.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE SDE PARIS 2018