STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - En bref

Quelques vérités sur la rentabilité des PME…

Par Ann-Karen BARTOSZEWSKI

Etude publié le mercredi 17 septembre 2008

« Malgré une idée fortement ancrée, ce n’est pas la faible rentabilité des PME qui explique la baisse générale de la profitabilité des entreprises françaises constatée à partir des comptes nationaux ». Telle est la conclusion livrée par Bertille Delaveau et Renaud du Tertre, deux experts du Centre d’analyse stratégique, dans leur article récemment publié "La rentabilité des entreprises en France selon leur taille et leurs potentialités de croissance". Ils ne contestent pas le fait que les grands groupes français cotés affichent des bénéfices en hausse depuis 2003, en raison notamment de leur expansion sur la scène internationale. Mais d’après leurs analyses basées sur diverses bases de données, les PME présentent elles aussi des performances de rendement plutôt satisfaisantes. Plus précisément, selon les auteurs, il convient de « moins considérer les PME comme un tout ». Au contraire, « pour saisir la nature des obstacles qu’elles rencontrent, il est nécessaire de s’intéresser aux différents stades de leur développement et aux différentes stratégies qu’elles essaient de déployer en matière de croissance, d’exportation ou d’innovation ».
Les prévisions de croissance des très petites unités (moins de 10 salariés) sont toutefois inférieures aux autres, tout comme leurs intentions d’embauche. A noter aussi que les PME exportatrices se montrent plus performantes que celles n’ayant pas de politique d’ouverture à l’international. Mais, soulignent les experts, « une rentabilité satisfaisante ne constitue pas un atout suffisant pour inciter les PME à s’engager dans une stratégie de croissance, c’est-à-dire d’investissement et d’emploi ». En effet, les dirigeants de ces entreprises chercheraient avant tout à maximiser leur trésorerie pour parer à une conjoncture difficile et à se désendetter pour alléger leurs charges financières.
Autre enseignement : on observe deux dynamiques distinctes selon que la PME est indépendante ou non. Pour leur part, les PME indépendantes, dont la proportion a considérablement chuté (79 % des PME en 1997, contre seulement 51 % en 2006), ont connu depuis 2003 un regain de rentabilité supérieur à celui des PME intégrées dans un groupe. La preuve : le rapport entre leur capacité d’autofinancement nette et leurs capitaux propres s’élève en 2006 à 14 % contre 12,5 % pour les PME de groupes. Mais pour y arriver, les dirigeants indépendants ont souvent dû reporter certains investissements. « Ils se heurtent en effet à des contraintes managériales, organisationnelles et financières (choix limité de financements, difficultés liées à l’apport de garanties et à la qualité de l’information financière) », expliquent les auteurs. En comparaison, les PME adossées à des groupes se lancent dans des investissements plus risqués.
On apprend enfin que la profitabilité des PME diminue avec l’âge. Ceci est d’autant plus vrai quand le dirigeant n’a pas opté dès le départ pour une stratégie de croissance soutenue. Des constats d’une grande utilité pour les pouvoirs publics jugent les auteurs. Mais aussi pour les repreneurs.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE Nantes 2016