STOP aux Faux Clics sur Google AdWords !
Cession Entreprise
Vendre entreprise
Le manuel du repreneur Fermer

1. Lancez votre recherche d'annonces d'entreprise :

- Soit directement par mots clés, sous le menu sur n'importe quelle page

- Ou en sélectionnant un secteur ou une région, à partir de la colonne de gauche


2. Consultez les annonces correspondant à votre recherche.

3. Demandez à être contacté pour les offres qui ont retenu votre attention. être recontacté

4a. Vous possédez déjà un compte repreneur sur le site :
Connectez vous sur la colonne de gauche avec votre adresse email et votre mot de passe. Une fois connecté, chaque demande de contact sera transmise automatiquement à nos chargés d'affaires qui vous recontacterons dans les plus brefs délais.

4b. Vous ne possédez pas de compte repreneur :
Créez votre compte via la colonne de gauche, ou via le menu "reprendre une entreprise/créer votre compte". Vous aurez alors le choix de vous définir comme repreneur individuel ou au titre d'une société et de completer votre profil.

L'espace repreneur vous permet :

- d'accéder à la liste des annonces déjà demandées

- d'accéder à la modification libre de votre profil repreneur

- de demander facilement à être recontacté pour plusieurs annonces en un seul click.

conseils d'experts pour renprendre une entreprise Foire aux
questions
mode d'emploi du repreneur Le manuel
du repreneur
Aide pour reprendre une entreprise Nos fiches
conseils
Evaluer votre entreprise Evaluez mon
entreprise
 
 

Sociétés à vendre par région

Entreprise à vendre dans votre région

Des opportunites de reprise

TOUTE L'INFO DE LA CESSION ET REPRISE D'ENTREPRISE - En bref

Le nombre de défaillances de PME progresse à nouveau

Par Cyril ANDRÉ

publié le mardi 10 juillet 2012

Sur le front des défaillances d’entreprises, si la situation globale tend vers une amélioration, elle demeure toutefois très contrastée. Les repreneurs qui s’orientent vers des reprises à la barre des tribunaux suivront avec attention cette évolution. Au cours du deuxième trimestre de cette année, le nombre de défaillance d’entreprises affiche une baisse de 4,7 %, par rapport à la même période de l’an dernier,  et revient ainsi à la situation de 2009. Ce sont quelques 13 722 procédures judiciaires qui ont été prononcées par les tribunaux. Il s'agit des chiffres de la dernière étude d'Altares sur les défaillances d'entreprises.

Les redressements judiciaires et les liquidations judiciaires directes enregistrent un recul de 5,1 % à 13 355. Les procédures de sauvegarde sont, pour leur part, en hausse de 13,3 % à 367. Notons que cette augmentation du nombre de procédures de sauvegarde peut être vue, paradoxalement, comme une évolution positive des mentalités des dirigeants. En effet, ces procédures, lorsqu’elles sont déclenchées à temps, permettent dans bien des cas de redresser l’entreprise et donc d’éviter des suites judiciaires.

« La baisse des défaillances d’entreprise est portée par les micro-entreprises sans salarié (- 19 %) qui semblent s’être « habituées » aux effets de la crise et se sont remises en ordre de marche. L’amélioration est donc pour elles très sensible ; cependant, il faut rappeler qu’en 2009, trois ans plus tôt, âge de forte vulnérabilité des entreprises, les créations d’entreprises hors statut auto entrepreneurs étaient en recul de 20 % », soulignent les auteurs de cette étude d’Altares.

Réamorcer la pompe s’avère difficile

Les autres catégories d’entreprises enregistrent une hausse du taux de défaillance de 7 %. Ce qui confirme, selon Altares, que dès qu’il y a des salaires, donc des charges fixes importantes qui nécessitent une trésorerie régulière, le risque de faillite augmente très sensiblement. Les PME de plus de 50 salariés souffrent particulièrement. Elles sont 157 entreprises de ce type à avoir connu une défaillance sur le deuxième trimestre 2012, soit une progression de 49,5 % par rapport à la même période de 2011.

« Les trésoriers battent le tocsin. Financer l’exploitation s’avère être un exercice compliqué pour beaucoup et même impossible pour d’autres. Le recul du nombre de défaillances d’entreprises constaté ce trimestre masque mal une réalité budgétaire lourde pour les TPE et PME , constate Thierry Millon, responsable des études Altares. Après avoir été contraintes à adopter des positions défensives durant la crise pour ne pas ajouter aux clients perdus des prospects mauvais payeurs, les entreprises tentent à nouveau de reconquérir leurs marchés voire en aborder de nouveaux. Cette tendance confirme que les affaires se remettent en ordre de marche ». Mais ce dernier explique que, réamorcer la pompe s’avère plus long et plus difficile qu’espéré. Les carnets de commande se regarnissent lentement et les besoins de trésorerie sont compliqués à couvrir. Le financement des TPE et des PME doit changer de paradigme. L’accès aux crédits bancaires est, et continuera à être, plus restrictif, conditionné aux performances attendues plus que passées.

Affaires à vendre

Chauffage/Sanitaire - Climatisation - Energies renouvelables

Nettoyage Industriel

Bureau d'études VRD/géomètre

Vente de produits liés à l'amélioration de l'habitat

Négoce matériaux construction

Location de camions, camions grues et pelles avec chauffeur

HERE SDE NANTES 2018